Mauritanie : vers des fraudes massives électorales

A quelques semaines de l’ouverture officielle des bureaux de vote la Mauritanie s’achemine vers des élections les plus calamiteuses de son histoire.C’est le sentiment du porte-parole de l’UFP annoncé sur les réseaux sociaux. Lô Gourmo justifie ce risque par l’absence de mise à jour du fichier électoral. L’ancien étant jeté à la poubelle en violation de la loi. Tous les signaux envoyés par la majorité depuis sa campagne d’implantation sur tout le territoire concourent à des fraudes massives électorales.

 

En attendant la campagne officielle du moins pour l’opposition la majorité l’ayant démarré depuis des mois c’est l’inquiétude qui commence à gagner les états-majors des 105 partis candidats aux législatives municipales et régionales et en particulier dans le camp de l’UFP.Un sentiment d’impuissance et dégoût partagé par l’un des principaux partis de l’opposition qui préside actuellement le FNDU.Pour Lô Gourmo la Mauritanie s’achemine vers des élections les plus calamiteuses de son histoire pour cause l’absence d’un fichier électoral.L’ancien étant rangé dans les tiroirs en violation de la loi.Une déclaration soulignée sur les réseaux sociaux et qui confirme l’unanimité de l’opposition sur le risque de fraudes massives électorales.

Tous les signaux de la majorité concourent à cela comme en témoigne la fameuse campagne d’implantation de l’UPR qui a commencé par des fraudes de cartes d’identité ou achat des consciences pour déboucher sur plus d’un million d’adhérents alors que le pays compte moins de 4 millions d’habitants.Je vous dispense de l’erreur.Et ensuite la campagne d’inscription sur les listes électorales sur tout le territoire en dit long avec des ministres et hautes personnalités de l’Etat envoyés aux charbons pour sensibiliser les populations sonnent le glas.Et que dire de ces sous entendus comme la déclaration d’un ministre sur l’incapacité de l’opposition à présenter des listes dans toutes les circonscriptions électorales. L’UPR est le seul parti capable.

En réalité cette ironie cache un agenda caché comme l’a souligné le président des FPC Samba Thiam et cela depuis que Ould Aziz a initié son coup d’Etat constitutionnel en imposant ses réformes après le veto du sénat.Et les couacs récents de la CENI sur la prorogation de la date du dépôt des listes candidates visaient à plus semer le doute au sein des partis candidats que de permettre aux retardataires d’être à jour. Et s’il ne reste plus à la CENI que de faire face à des inscriptions à distance pour combler le fichier électoral comme le craint Lô Gourmo c’est qu’on se dirige tout droit vers élections tronquées.Une grave atteinte à la démocratie et à la constitution pour la quatrième fois depuis 2008.

Bakala KANE

(Reçu à Kassataya le 17 juillet 2018)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer