UA : le triple défi du continent Horizon 2050

L’émergence de l’Afrique passera nécessairement par une monnaie unique, l’enseignement des langues nationales dans le système éducatif et la reconquête d’une spiritualité africaine. C’est du moins l’avis des observateurs un triple défi que l’Union africaine devra relever d’ici 2050.

 

Secret de polichinelle.L’Afrique est riche en matières premières.Elle détient plus de 7 pour cent des réserves mondiales de pétrole, plus de 7 pour cent de celles de gaz naturel, 4 pour cent des réserves aurifères et près de 90 pour cent de chrome et de platine. En outre elle possède de conséquentes réserves d’uranium et pourtant elle n’a ni la bombe atomique ni des centrales nucléaires. Ces chiffres qui confirment le paradoxe africain ne sont pas pour autant des handicaps pour une population qui va certes atteindre 2 milliards et demi en 2050.Et l’autre réalité qui résume sa mauvaise image les 10 pays les plus endettés et les plus pauvres sont africains.C’est conscient de cette faiblesse que l’Union africaine devra relever le défi les prochaines décennies à venir. Parmi les pistes à mettre en œuvre par les dirigeants actuels et la future génération jeune avant-gardiste figurent d’abord la mise en place d’une monnaie unique africaine. C’est au cœur des débats entre les afro sceptiques et les afro optimistes au sein des unions monétaires et économiques du continent .

Dans cette perspective la CEDEAO qui regroupe 15 pays et un marché potentiel de 300 millions de consommateurs serait sur le point d’ adopter « l’Eco » monnaie unique d’ici la prochaine décennie.Malgré la réticence de certains pays comme le géant Nigéria seule l’indépendance économique peut garantir la stabilité politique des états africains.Une politique monétaire commune qui pourrait inciter l’Union africaine à investir davantage dans les secteurs clés que sont l’éducation, l’agriculture et la santé.Le moteur de cette nouvelle émergence c’est la promotion des langues nationales qui passe par leur enseignement dans le système éducatif.Ce n’est pas une vue de l’esprit aucun pays du monde s’en est sorti avec une monnaie étrangère encore moins avec une langue étrangère.Il suffit d’y croire.Et de remettre dans le bon sens traditions et cultures que la majeure partie des africains ont abandonnées au profit des modèles culturels occidentaux. Au cœur de la spiritualité les religions originelles qui ne sont pas en contradiction avec les sciences et gardiennes de ces valeurs.Naturellement riche l’Afrique est culturellement riche.C’est le troisième défi qui pourrait sauver le continent berceau de l’humanité de la course folle de la mondialisation.L’Afrique devra puiser sur ces ressources qui comptent pour sa propre émergence.

Bakala KANE

(Reçu à Kassataya le 11 juillet 2018)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close