Mauritanie : le patron de la sureté nationale persona no grata en France

Consternation des mauritaniens après la condamnation en appel à 20 ans de prison par la cour criminelle cette semaine à Zouérate, au Nord du pays des 13 militants anti esclavagistes et 7 émeutiers de la Gazra du Ksar.

Un coup dur pour l'IRA pour ses militants et sympathisants pour les organisations non gouvernementales nationales et internationales et pour les forces politiques progressistes.De peines encore plus lourdes qui traduisent la dépendance de la justice mauritanienne au pouvoir exécutif malgré les nombreux cris d'alarme de la communauté internationale.Mais le régime autoritaire de Ould Aziz devra faire face aux avocats français de l'IRA qui viennent de déposer une plainte contre X au tribunal de Grande Instance de Paris pour tortures et traitementes cruels et qui vise de hauts responsables de Nouakchott dont le patron de l'espionnage Mohamed Ould Meguett.

20 ans de prison requis en appel contre les 13 militants anti-esclavagistes de l'IRA et 7 émeutiers de la Gazra du Ksar cette semaine par la cour de Zouérate au Nord du pays. Une condamnation encore plus lourde qui indigne tous les mauritaniens à l'intérieur comme à l'extérieur du pays.Un coup dur pour l'IRA ses militants et sympathisants qui espéraient un acquittement ou tout au moins de peines légères.

C'est sans compter sur un procureur zélé qui ne fait qu'obéir qu'à des ordres qui viennent d'en haut.Il s'agit en réalité depuis le début des émeutes de la capitale d'un procès politique dont les conséquences dépassent aujourd'hui les frontières de la Mauritanie.Une bonne nouvelle pour les observateurs qui ont appris cette semaine la plainte contre X au tribunal de Grande Instance de Paris pour «  tortures et traitements cruels » par les avocats français de l'IRA visant de hauts responsables sécuritaires mauritaniens dont le patron de l'espionnage qui serait sur la liste avec d'autres commissaires de police, officiers, magistrats et hommes politiques.

Le général Mohamed Ould Meguett est ainsi persona no grata en France voire en Europe.Un pied de nez à Ould Aziz qui devra revoir les déplacements de son chef de sûreté. La plainte à Paris est un premier pas pour traquer tous les tortionnaires de Nouakchott.Un début d'un processus de poursuite de tous les auteurs présumés de crimes contre les noirs en Mauritanie.C'est l'autoritarisme du régime de Ould Aziz qui est mis en cause alors que le pays devra organiser d'ici la fin de l'année un référendum pour des élections municipales et législatives anticipées.  

 

Bakala Kane

 

(Reçu à Kassataya le 18 novembre  2016

 

Les opinions exprimées dans la rubrique Tribune n'engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer