Bombay instaure des « zones de non selfies »

La prise d’un selfie, une photo de soi sur son téléphone portable, peut entraîner la mort.

A tel point que la police de Bombay a demandé à la municipalité de mettre en place 19 « zones de non selfies » après la noyade d’une femme de 18 ans, tombée à la mer samedi 9 janvier alors qu’elle était en train de se prendre en photo.

Des panneaux seront installés aux abords des zones jugées à risque et des sauveteurs en mer pourraient être également déployés sur les sites longeant le littoral. Aucune amende n’est toutefois prévue pour ceux qui persisteraient à vouloir se prendre en photo.

Les premières zones interdisant les selfies en Inde ont été mises en place dans les pèlerinages religieux hindous, afin d’éviter toute bousculade. Il est toutefois difficile d’identifier tous les lieux à risque : un adolescent Indien de 14 ans est mort sur le toit d’un train, percuté par un transformateur électrique, alors qu’il était occupé à se prendre une photo. Si l’on croise deux statistiques, la hausse des ventes de smartphones et le nombre d’endroits hasardeux en Inde, le taux de mortalité par selfie risque d’augmenter. Le danger est même monté d’un cran depuis l’apparition de « velfies », du nom d’une application lancée avec succès dans le pays et qui permet de prendre des selfies en vidéo.

Problème de santé publique ?

Les autoportraits sur smartphone sont devenus si populaires, notamment parmi les vedettes de Bollywood, que les sites Internet des grands quotidiens leur ont consacré une rubrique. Il n’y a guère que l’acteur Amitabh Bhachchan qui se soit publiquement ému des excès de cette pratique, lorsque des fans se sont jetés sur lui pour un selfie… en pleines funérailles. « La folie des selfies est-elle en train de devenir un problème de santé publique ? » s’inquiète le quotidien Times Of India, dans son édition datée du 9 janvier.

L’article cite l’exemple d’un médecin qui a reçu en consultation ses premiers jeunes patients suspectés par leurs parents d’être obsédés par leurs smartphones. La maladie en question s’appellerait la « selfitis », chronique ou aigue, selon le nombre de photos prises par jour et postées ou non sur les réseaux sociaux. Une psychiatre de l’hôpital Nanavati, citée par l’agence de presse Indienne IANS, va même jusqu’à affirmer que « la folie des selfies « ôte toute sensibilité de l’esprit des adolescents Indiens ».

D’autres pays ont pris des mesures pour éviter les morts par selfie. La Russie a lancé en 2015 une campagne de sensibilisation après le décès de deux jeunes qui tenaient à tout prix à poser devant leur smartphone, une grenade dégoupillée à la main. Seul le téléphone en est sorti sain et sauf. Une Russe de 21 ans a également été blessée en posant un revolver sur sa tempe, devant son smartphone. C’est en prenant la photo qu’elle a réalisé qu’il était chargé.

Julien Bouissou (New Delhi, correspondance)

 

Source : Le Monde

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer