Burkina Faso : C’est une révolte ? Non, Sire, c’est une révolution !

L’image est saisissante : en ce jeudi 30 octobre, matin de révolution, une bande de manifestants s’empare du siège de la Radio-télévision du Burkina (RTB). Armés de bâtons, d’une chemise rose et d’une stéréo portable, ils posent jubilants sur un plateau télé où, à peine quelques heures plus tôt, un journaliste soucieux de ménager le pouvoir en place s’évertuait à reléguer leur révolte au second plan.

Encore plus saisissant est le contraste entre cette joyeuse troupe et les visages fermés d’un groupe d’officiers qui, au printemps 2012, annonçait à la télévision nationale du Mali voisin qu’ils venaient de renverser le régime du président Amadou Toumani Touré et d’instaurer une junte militaire. Quelle que soit l’issue – à cette heure encore incertaine – de la transition actuellement engagée au Burkina Faso, cette image ne pourra pas être oubliée : en ce 30 octobre 2014, alors que le Parlement s’apprêtait à réviser la Constitution pour permettre au président Blaise Compaoré de se représenter en 2015, c’est bien le peuple burkinabè qui s’est levé en masse pour dire non.

Compaoré a joué, et il a perdu ; en dépit des avertissements d’une société civile toujours plus combative, des manifestations sans cesse plus fréquentes et fréquentées, il s’est obstiné sur la voie d’une révision constitutionnelle hasardeuse. Convaincu qu’après 27 ans au pouvoir, sa propre personne valait plus que toutes les institutions du pays réunies, il a sous-estimé l’aspiration au changement d’une grande partie de la population, et surtout d’une jeunesse qui est née et a grandi toute sa vie dans l’ombre de son portrait officiel. Compaoré serait probablement sorti par la grande porte s’il avait accepté de quitter le pouvoir à l’expiration de son mandat en novembre 2015 ; sa longue carrière de médiateur dans de nombreux conflits ouest-africains aurait pu été récompensée par une position prestigieuse dans une institution internationale. Il n’en sera rien de cela : le pompier devenu pyromane, chassé de son propre pays, est finalement sorti de l’Histoire en catimini.

Dans une réponse éclatante à la mégalomanie des hommes au pouvoir, la foule a subitement laissé éclater sa colère, contenue pendant les manifestations de ces derniers mois. Les leaders de l’opposition, qui avaient lancé une campagne de désobéissance civile quelques jours plus tôt, se sont retrouvés complètement dépassés. De l’Assemblée nationale, envahie et saccagée alors que les députés rentraient dans l’hémicycle, l’insurrection s’est propagée aux locaux de la RTB, et de là à tous les symboles du régime – des bureaux du parti au pouvoir aux résidences privées des proches de Compaoré. Cette opération improvisée d’abolition des privilèges a eu son revers de la médaille, avec des vagues de pillages et la destruction de certains bâtiments publics – comme le Palais de Justice de Bobo-Dioulasso ou l’Assemblée nationale – qui manqueront certainement au Burkina Faso durant les mois à venir. L’opération mana mana, lancée ce samedi 1er novembre pour nettoyer les rues de Ouagadougou, est pourtant de bonne augure pour un retour au calme rapide.

Devant l’ampleur des protestations, l’armée a finalement pris la main. Blaise Compaoré a été contraint de démissionner et a trouvé refuge en Côte d’Ivoire. Divisée pendant près de 48 heures, l’institution militaire s’est finalement accordée sur le lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida pour conduire une transition. Zida semble avoir le soutien des principales organisations de la société civile, qui se méfiaient de son principal concurrent, le général Honoré Traoré, chef d’état-major des armées.

Mais l’intervention de l’armée est loin de faire l’unanimité, et il faut maintenant veiller à ce que cette transition militaire ne s’éternise pas. Même si l’opposition politique est faible et parfois discréditée pour s’être associée dans le passé avec le régime de Compaoré,  il est impératif que le pouvoir revienne aux civils dans les plus brefs délais. Dans un tel climat révolutionnaire, des nouveaux leaders, qu’ils proviennent de l’opposition établie ou de la société civile, vont être amenés à émerger dans les prochaines semaines avec l’assentiment populaire ; c’est à eux, et non pas aux militaires, qu’il doit revenir de conduire le Burkina Faso vers un nouveau chapitre de son histoire politique.

Malgré la confusion de ces derniers jours, l’optimisme est de mise quant au déroulement de cette transition. L’exercice du pouvoir par les hommes en armes, au même titre que les révisions constitutionnelles, est devenu de moins en moins acceptable au cours de ces dernières années : la pression des organisations régionales africaines (CEDEAO et Union africaine), s’ajoutant à celle de la rue, devrait rapidement contraindre l’armée à confier les rênes du pouvoir à des autorités civiles. La transition devrait être étroitement surveillée par les institutions internationales et les puissances occidentales (la France et les États-Unis), qui ne peuvent se permettre de voir le Burkina Faso plonger dans l’instabilité. De plus, contrairement à ses voisins malien ou ivoirien, le Burkina Faso ne connaît pas de divisions régionales ou ethniques susceptibles de précipiter le pays sur la voie de la guerre civile.

Les évènements de ces derniers jours dépassent largement le seul cadre du Burkina Faso. L’insurrection populaire des Burkinabè envoie un signal fort à l’ensemble du continent africain, à sa jeunesse en quête de démocratie, et surtout à tous ces dirigeants qui, comme Blaise Compaoré, rechignent à quitter le pouvoir lorsque leurs États n’ont plus besoin d’eux. Le temps où l’Ouganda du président Museveni modifiait sans broncher sa Constitution pour effacer la limite des deux mandats (2005) est désormais révolu. Du côté de Brazzaville (Congo), Kinshasa (RD Congo) ou Bujumbura (Burundi), les présidents Sassou-Nguesso, Kabila et Nkurunziza ont certainement regardé avec appréhension la chute de leur indéboulonnable collègue, tandis que la vindicte populaire contre les proches de Compaoré a sûrement fait réfléchir plus d’un parmi leur entourage. Une délégation du parti au pouvoir en RDC, présente à Ouagadougou cette semaine pour observer le vote par le Parlement de la révision constitutionnelle, s’est d’ailleurs retrouvée bloquée dans la capitale du fait des manifestations ; espérons qu’une fois de retour à Kinshasa, ils retiendront les enseignements de leur visite en terre burkinabè…

 

Vincent Rouget

 

Source : Terangaweb

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer