Socogim PS : la ou l’hivernage est synonyme de galère

Crédit photo : anonyme

 

 

 

 

 

 

 

A quelques semaines, quelques jours du début de l’hivernage, les habitants du quartier Socogim PS de Nouakchott se préparent à patauger, galérer voire même, déménager.

Dans ce quartier bâtie sur une zone salée ou l’eau jaillit de la terre avec seulement quelque coup de pelles, quand il pleut, c’est le sauve qui peut.

Le 18 avril 2011, des centaines de femmes de la SOCOGIM PS, avaient battu le pavé en direction de la présidence de la République. Elles ont exigé du chef de l’Etat une solution définitive aux inondations qui touchent leur quartier chaque hivernage.
Deux jours après, mercredi 20 avril, le président de la République visite le quartier SOCOGIM PS pour faire le constat lui-même. Le constat a été fait. Mais il n’y a pas encore de solution. Le cycle des eaux stagnantes et de la boue a repris dans ce quartier
A la SOCOGIM PS, les inondations ne cessent pas avec la fin de l’hivernage. Dans ce quartier situé dans une sebkha, l’eau vient aussi de la terre. C’est pourquoi, certaines familles ont abandonné leurs maisons pour aller chercher refuge ailleurs. L’école du quartier, sa mosquée, ne fonctionnent presque plus depuis trois ans du fait de la remontée des eaux.
Mohamed Ould Abdel Aziz, selon l’AMI « avait donné ses instructions aux autorités compétentes pour accélérer le rythme de réhabilitation de ce quartier, il a pris connaissance de la situation de certaines maisons sinistrées, exprimant, pour l'occasion à leurs propriétaires, la solidarité de l'Etat avec eux et sa volonté de faire face à ce problème. » La solidarité de l’’Etat s’est visiblement arrêtée aux promesses. A l’approche d’un nouvel hivernage, presque rien n’a changé à la SOCOGIM PS. « Nous dependons de la commune du KSAR, notre maire nous ne l’avons presque jamais vu… » dit un des habitants du quartier.
Mohamed Ould Abdel Aziz avait affirmé devant les populations du quartier que « l'État s'emploie actuellement à trouver une solution définitive mettant un terme à leurs peines.» Le président avait annoncé la mise en place d’un comité interministériel chargé de trouver une solution définitive. Les habitants du quartier, dans leur grande majorité, n’envisagent pas la solution d’un déménagement. « Reloger les habitant ailleurs n’est pas encore à l’ordre du jour » dit Ahmed Fall Ould Hemoudy.
Chaque année des dizaines de familles de la SOCOGIM PS abandonnent leurs maisons envahies par les eaux. Ça sera certainement le cas cette année. La solution des camions remplis de sables déversé dans les eaux a montré ses limites.

Khalilou Diagana 

Source  :  Le Quotidien de Nouakchott le 16/06/2013{jcomments on}

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com
 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer