Gratuité de la carte de séjour : Une mesure salutaire, mais…

(Crédit photo : Le Rénovateur)

Les autorités sont allées de la mesure d’allègement des formalités d’obtention de la carte de séjour à la pure et simple annulation de la taxe d’obtention de ce fameux document depuis son instauration en Mauritanie pour les étrangers résidents dans le pays.

Si l’on en croit les déclarations des bénéficiaires de ces différentes faveurs, les bonnes mesures d’accompagnement n’ont pas été toujours prises notamment l’ouverture de plusieurs bureaux et l’amélioration des conditions matérielles des agents recenseurs. Deux aspects qui pourraient leur faire éviter la proposition du service des personnes pas du tout recommandables.
«Le ministère mauritanien de l’Intérieur et de la Décentralisation exempte les étrangers du paiement de la taxe de la Carte de Séjour (30.000UM) pendant un mois». Cette «bonne» nouvelle est tombée, le dimanche 09 septembre courant, dans les oreilles des étrangers résidents en Mauritanie, comme un grand ouf de soulagement. Les uns et les autres n’ont pas manqué de qualifier cette mesure étatique de «salutaire» pour des étrangers aux conditions financières très limitées, surtout pour les pères expatriés aux familles nombreuses. Qu’à cela ne tienne, une frange de ces personnes étrangères continue jusqu’à présent à déplorer le fait que la décision du ministre de l’intérieur Mohamed Ould Boïlil ne soit pas du tout accompagnée par des mesures pouvant faciliter l’obtention rapide de la Carte de Séjour par les étrangers résidents avant le délai butoir du 15 octobre prochain. Des mesures d’accompagnement qui sont entre autres, l’ouverture de plusieurs bureaux d’enrôlement à l’intérieur du pays et à Nouakchott en plus de deux bureaux déjà opérationnels dans les communes de Tevrgah-Zeina et de Sebkha ina ainsi que l’amélioration des conditions matérielles de travail des agents recenseurs. La première demande a été d’ailleurs exprimée en avril dernier au président mauritanien par le ministre sénégalais des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur Me Alioune Badara Cissé, pendant son tout premier séjour en Mauritanie Ould Abdel Aziz lui aurait promis de faire des efforts dans ce sens nonobstant le coût très «élevé» des équipements de l’enrôlement. C’est ainsi que les choses sont allées d’allègement en allègement des formalités d’obtention de la carte de séjour à la pure annulation de la taxe de 30.000UM. Mais sans que le nombre des bureaux d’enrôlement ne soit augmenté pour contenir l’affluence des candidats au recensement.

Des pratiques pas recommandables
Les ressortissants étrangers de la capitale mauritanienne sont massivement sortis pour aller prendre les deux bureaux d’enrôlement des étrangers situés à El Mina et à Tevragh-Zeina pour se procurer enfin de ce fameux sésame synonyme d’une vie paisible en Mauritanie au-delà de la date butoir du 15 octobre. Mais ce délai est très «court» selon les témoignages des étrangers rencontrés dans les quartiers pour des raisons évoquées ci-dessus : peu de bureaux non équipés. Une situation qui fait que les étrangers désireux de se faire recenser sont obligés de faire la queue toutes les journées devant ses seuls bureaux autorisés à ce type de recensement . Une situation pénible que certaines personnes mettent à profit pour proposer leur service aux demandeurs de la carte de séjour moyennant quelques billets de banque. Une pratique pas du tout recommandable qui ne peut que noircir le tableau peu reluisant de la Mauritanie sur le plan international depuis l’instauration de cette fameuse carte de séjour.

Camara Mamady

Source  :  Le Rénovateur le 16/09/2012

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer