Mobilisation des financements : l’échec du MAED

laghdaf_1748

Les résultats de la table ronde des bailleurs de fonds et partenaires de la Mauritanie tenue à Bruxelles les 22 et 23 Juin 2010), avaient fait saliver plus d’un mauritanien. Les promesses fermes d’investissement de plus de 3 milliards Usd en trois ans, avaient été fortement applaudies par les principaux acteurs que sont le Premier Ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf et le ministre des affaires économiques et du développement (MAED) Sidi Ould Tah.

Mais presque deux ans plus tard, force est de constater -et nous l’avions bien annoncé à l’époque- que cette « manne financière » risquait d’être un véritable mirage.

On se rappelle que lors de la tenue de cette table ronde en juin 2010 à Bruxelles, tous les responsables mauritaniens s’étaient relayés, pour se féliciter des résultats obtenus et les rares voix dissonantes, comme celle du QDN, avaient été perçues comme des empêcheurs de tourner en rond ou alors des envieux gênés par le travail « remarquable » abattu par Ould Tah et ses équipes. A l’époque nous avions écrit que « Dans le meilleur cas de figure, la délégation mauritanienne qui est allée à Bruxelles a tout juste récolté 1,450 milliard de dollars, donc très loin des 3,2 milliards annoncés avec emphase par le chef du gouvernement Moulaye Ould Mohamed Laghdaf ». Cet échec tonitruant – parce qu’on ne peut que l’appeler ainsi- incombe essentiellement au ministère des affaires économiques et du développement, qui est normalement chargé de la coordination et de la conception des projets ainsi que de toutes les relations avec les bailleurs de fonds. Ce ministère dont l’échec récurrent était toujours une capacité d’absorption très faible est venu y ajouter cette fois ci une faiblesse de mobilisation des ressources pourtant disponibles. Impossible désormais pour ce département crucial de cacher une incompétence caractérisée et un déficit de réactivité patent.
D’après les calculs que nous avons effectué le MAED a depuis la table ronde jusqu’au 31 décembre 2011 pu signer seulement 279, 218 milliards d’ouguiya. Soit un peu moins d’un milliard de dollars. Bien sûr dans cette somme nous avons compté des financement qui n’étaient pas prévus à Bruxelles mais nous avons aussi compté des financement qui sont signés mais qui n’ont pas encore été décaissés donc susceptible d’être annulés. Nos gros bailleurs que sont la BID et le FADES sont encore très loin des sommes promises mais alors ne parlons pas d’autres guichets où notre absence est criante. La Mauritanie a le portefeuille Banque mondial le plus « pourri » de la sous région, la BAD est quasiment absente alors quelle est active dans les autres pays. Le PNUD et les autres organismes des Nations Unis se contentent programmes limités et à caractère régionaux. Pour ce qui est de l’UE nous n’arrivons même pas à absorber 30 % de l’enveloppe FED prévue et certains financements concernant des infrastructures importantes comme la route de Rosso, sont menacés par les tergiversations du MAED. La délégation à l’Investissement depuis qu’elle est revenue dans son giron s’est complètement dilué et n’as plus donné signe de vie.
Mais puisqu’il ne fait pas de l’économique, le MAED s’adonne au politique et au culturel. En effet le Ministre s’est illustré ces derniers temps dans diverses manifestations culturelles à Mederdra et activités politiques de l’UPR mais ce faisant il continue à faire mal le job pour lequel il perçoit chaque mois des deniers publics.
 

B.C

Les Financements obtenus depuis la Table ronde de Bruxelles
• Nouakchott, 12/12/2011 Fonds arabe de développement économique et social (FADES), 38 millions de dinars koweitiens, soit plus de 38 milliards d’ouguiyas,
• Bozane (Corée du Sud ), 04/12/2011 – Banque Islamique pour le Développement (BID) 105 millions de dollars soit l’ordre de 30 milliards d’ouguiyas contribution au projet de promotion des systèmes de production et de transport de l’énergie électrique à Nouakchot
• Nouakchott, 23/11/2011 – Fonds saoudien de développement : 487,5 millions de rials saoudiens, soit un peu plus de 37,1 milliards d’ouguiyas à réaliser une ligne électrique HT reliant les deux villes de Nouakchott et Nouadhibou financer la construction et l’équipement de la Faculté des sciences juridiques et économiques, d’un campus pour étudiantes et d’annexes pour le projet de la nouvelle université de Nouakchott.
• Nouakchott, 23/11/2011 – Union Européenne (UE) 8,1 millions d’euros.
• Nouakchott, 13/09/2011 – fonds koweitien pour le développement économique arabe 10 milliards 813 millions d’ouguiyas accès des populations de Nouakchott à l’eau potable disponibilisée dans le cadre du projet « Aftout Essahli ».
• Nouakchott, 21/07/2011 – Agence Française de Développement (AFD) 45 millions d’euros soit 17,2 milliards d’ouguiyas destinée à l’appui du secteur public et privé ainsi qu’à la réforme du secteur de l’énergie.
• Nouakchott, 20/07/2011 – Banque Mondiale Agence Internationale de Développement (AID) 4,5 millions d’unités de tirages spéciaux, soit l’équivalent de 1,750 milliard d’ouguiyas pour le financement additionnel du Projet de Renforcement institutionnel dans le secteur minier connu sous le nom de PRISM 2.
• Nouakchott, 13/06/2011 – Banque Mondiale en Mauritanie 16 millions de dollars soit l’équivalent de 4,4 milliards d’ouguiya.
• Nouakchott,, 24/03/2011 – 30 millions Dinars koweitiens, soit 30.960.000.000 d’ouguiyas, accordée par le FADES (Fonds Arabe de développement économique et social) projet des systèmes de production et du transfert de l’électricité à Nouakchott
• Nouakchott, 22/03/2011 – Agence Française de Développement (AFD) financement de la seconde phase du programme  » Vaincre  » (valorisation des initiatives de croissance régionale équitable). (5 millions d’euros soit 1,9 milliard d’ouguiyas environ,
• Nouakchott, 21/03/2011 – Union Européenne (UE) 4,5 milliard d’ouguiyas.
• Nouakchott, 22/02/2011 – Fonds koweitien pour le développement. 3 millions de dollars américains (850 millions d’ouguiyas) et 11 millions de dinars koweitiens (11 milliards d’ouguiyas) destiné au financement partiel de l’installation et de la réhabilitation du réseau de distribution d’eau potable à Nouakchott.
• Nouakchott, 01/02/2011 – Une subvention de 540 millions de yens, soit environ 1,833 milliard d’ouguiyas, don du Japon, destinés à l’achat de produits alimentaires.
• Nouakchott, 24/01/2011 – Allemagne 17 millions d’euros, consacrés au renforcement des capacités du projet de fonctionnement des ressources naturelles au Guidimakha et au projet de surveillance de la pêche maritime ainsi que d’appui au programme national de bonne gouvernance
• Sharm Esheikh (Egypte) , 19/01/2011 Groupe de la Banque islamique de développement (BID), 4,2 milliards d’ouguiyas, l’importation de produits alimentaires.
• Nouakchott, 25/12/2010 Agence Française de Développement (AFD) 7,6 milliards d’ouguiya pour l’appui au secteur de l’électricité.
• Nouakchott, 24/11/2010 – Fonds Arabe de Développement Economique et Social (FADES) 10 millions de dinars koweitiens (soit 6 milliards 574 millions d’ouguiya), vise à faciliter l’accès des populations de la capitale à l’eau potable.
• Nouakchott, 24/10/2010 – France don d’un million 500 milles euros, soit l’équivalent de 600 millions d’ouguiyas.
Ce financement est destiné au projet d’appui à la Communauté Urbaine de Nouakchott.
Nouakchott, 21/10/2010 Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) de 1,5 millions de dollars américains
• Nouakchott, 14/10/2010 – Banque Islamique du Développement (BID), 16,5 milliards d’ouguiyas.
approvisionnement de la zone de l’Aftout Echarghi en eau potable et financement d’un tronçon reliant les villes de Kiffa et kankossa de 83 km de long.
• Nouakchott, 13/10/2010 – l’Etat du Koweït 11 millions de dinars koweïtiens.
Les deux protocoles portent eux, sur le transport aérien et la coopération dans le domaine de la santé.
• Nouakchott, 12/10/2010 Banque Mondiale 20 millions de dollars, soit l’équivalent de 5,7 milliards d’ouguiyas réhabilitation du tronçon Boumbry-Rosso.
• jeddah, 09/09/2010 – Groupe de la Banque islamique de développement (BID 7.740.000 dinars islamiques (DIS), soit l’équivalent de 3.350.000.000 ouguiyas a pour objectif de créer les opportunités d’accès à l’enseignement non formel pour tous

 

Source  :  Le Quotidien de Nouakchott le 22/02/2012

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer