Sommet mondial des jeunes leaders sur le VIH/SIDA : Présence remarquée de la Mauritanie

La Mauritanie a pris part activement au récent sommet mondial des jeunes leaders sur le VIH/SIDA . Le pays était représenté par Hama Ould Soufi, président du Réseau National des Jeunes et Mlle Zeynabou Mint Mohamed du réseau des jeunes de Nouadhibou.

 

 

La délégation mauritanienne a mené un véritable lobbying auprès des partenaires au développement dans le cadre des activités de plaidoyer visant à appuyer financièrement l’organisation à Nouakchott du 2ème sommet ouest africain des jeunes leaders pour l’atteinte des objectifs du Millénaire pour le Développement. Au cours de ce sommet, la Mauritanie a été désignée présidente du comité international de pilotage et le président du RENAJ était facilitateur des travaux.
Le bureau du RENAJ compte, dans la perspective de la tenue du deuxième sommet des jeunes leaders entreprendre des missions dans les 13 régions du pays pour mobiliser les jeunes mauritaniens autour de cet événement majeur que le pays va abriter. La participation de la délégation mauritanienne a été rendue possible grâce au concours financier de la représentation de l’UNICEF de Mauritanie.
La cérémonie officielle d’ouverture fut présidée par son excellence Monsieur Amadou Toumani Touré Président de la République du Mali, MR Michel Sidibé directeur exécutif de l’ONU SIDA, Mr Alioune Gueye président du comité international de pilotage. Dans son allocution monsieur le directeur exécutif de l’ONU SIDA a réaffirmé l’engagement de tout le système des nations unies au nom du secrétaire général monsieur Ban ki Mon pour la lutte contre l’épidémie du VIH/SIDA a travers le monde entier et ce la ne peut se réalisé ajout il sans l’implication directe des jeunes dans tout le processus de l’éradication de l’épidémie en soulignant que le slogan que l’ONU SIDA a porter pour ce sommet est, zéro nouvelle infection, zéro décès zéro discrimination et stigmatisation
Ce sommet a été caractérisé par une intégration des trois programmes : Leadership des jeunes au haut niveau, un appel à l’action, jeune et VIH. Durant ce conclave, les délégués de tous les continents ont abordé les axes suivants : Activer et habiliter les jeunes pour conduire la réponse au VIH.D’autant plus que le mouvement de lutte contre le VIH est encore trop décousu chez les jeunes et a besoin de plus de concentration. Les jeunes manquent d’autorité pour prendre le leadership dans la réponse du VIH.
Les barrières sociales et culturelles empêchent les jeunes de prendre le leadership dans la réponse au VIH. Appel aux donateurs, aux bilatéraux à la société civile et au secteur privée à « Impliquer les jeunes en tant qu’organisateur, interlocuteur leaders et pairs dans la recherche sur le VIH, la planification, le développement et la mise en œuvre des programmes ».
•Faire un plaidoyer pour une inclusion plus forte des jeunes leaders et de leurs activités dans les foras de prise de décision.
Cette rencontre a regroupé250 participants. Outre les jeunes leaders, il y avait les premières dames, les délégués des pays, les leaders religieux, les scientifiques, les associations, la société civile, les ONG, les instituts internationaux. Objectif majeur était de renforcer le plaidoyer, le partenariat entre jeunes leaders, politiques et acteurs de terrains afin de proposer des perspectives pour une réponse encore plus adoptées a la réalité mondiale.
Le sommet à été marqué par la présence de la princesse du Norvège qui a plaidé pour que les fonds soient destinés aux organisations de jeunes leaders dans le monde entier.
Le sommet mondial des jeunes leaders sur le VIH/SIDA de Bamako a incité les jeunes à bien respecter leurs engagements par le suivi et évaluation. Soutenir le plaidoyer et les revendications du réseau national des associations des jeunes dans sa lutte pour la réalisation de ses projets. Les participants ont appelé les gouvernements à favoriser « l’implication des jeunes dans la mise en œuvre des stratégies et plans d’activités leurs concernant particulièrement en VIH/SIDA ».
Les Participants se sont engagés à plaider auprès de tout les gouvernements et institutions international dés aujourd’hui à travailler avec ces jeunes leaders car plus de 33,3 millions de personnes vivent aujourd’hui avec le VIH trente ans après le début de l’épidémie, quelques7000 personnes sont infectées quotidiennement, et les jeunes âgés de 15 à 24 ans constituent 40% de ces infections. De nouvelles données encourageantes montrent que le taux des nouvelles infections diminue grâce à un accès accru à l’information et aux services.
THIAM MAMADOU

Source  :   lecalame.info le 09/05/2011

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer