El khadim Ould Semane affirme ne pas vouloir interjeter en appel contre le verdict le condamnant à mort

Le prisonnier salafiste El Khadim Ould Semane vient d’affirmer ne pas vouloir interjeter en appel contre le verdict le condamnant à mort pour sa participation à une fusillade avec les forces de l’ordre connue maintenant sous le nom de dossier « Centre émetteur ».

Ould Semane, âgé de 36 ans, considéré comme le chef de la cellule « Ansar Allah Al Mourabitoune vi bilad Chinguitt », branche mauritanienne d’AQMI (Al qaeda au Maghreb islamique), accusé d’atteinte à la sécurité publique et d’attaque contre les biens de l’Etat, a dit ne pas prendre en considération « un jugement qui n’est prononcé au nom d’Allah », selon son propos.

Et selon des sources judiciaires, Ould Semane devient, de par sa position refusant de faire appel, le premier condamné à agir de la sorte en Mauritanie laissant libre cours à un verdict prononcé en jugement de première instance. Le chef salafiste a même accueilli la sentence par dix invocations du nom d’Allah, lancé depuis la cage de fer servant de box des accusés, avant d’étreindre son compagnon et lieutenant Sidi Ould Sidina.

A signaler que la session ayant traité du dossier numéro 465/08 concernant les accrochages du

Centre Emetteur, a condamné à mort 3 chefs salafistes (Khadim Ould Semane, Marouf Ould Haiba et Sidi Ould Sidina) alors que Taki Ould Youssef a écopé de 15 ans de prison ferme avec travaux forcés et une amende de 3000000 d’ouguiyas. D’autres salfistes ont été condamnés à des peines moindres allant de 2 à 10 ans de prison ferme. Deux salafistes jugés par contumace, Teyib Ould Sidi Aly et Vewaz dit Ibrahim ont vu leurs verdicts différés.

Source: Sahara Médias



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer