Comment la Gambie est aux prises avec un passé macabre après Yahya Jammeh

Dans notre série de lettres de journalistes africains, l'écrivain sierra-léonais-gambien Ade Daramy réfléchit à l'impact des témoignages de la commission de vérité de la Gambie.

Les Gambiens sont obligés de se réévaluer en tant que peuple détendu et pacifique, qui vit sur ce qui est commercialisé auprès des touristes comme la « Côte du Sourire ».

Révélation après révélation, ils apprennent la vérité choquante sur ce qui s’est réellement passé pendant les 22 ans de règne du président Yahya Jammeh, qui a fini par fuir le pays en 2017.

Les procédures de la Commission vérité, réconciliation et réparation viennent de passer le cap des deux ans et les diffusions quotidiennes en direct semblent interpeller la nation.

Les téléspectateurs ont entendu des histoires de violence et de torture extrêmes, d’arrestations et de meurtres arbitraires, et de l’impact des faux traitements médicaux du président.

Yahya Jammeh photographié en novembre 2016, le mois avant qu'il ne perde les élections
Légende image, Yahya Jammeh a refusé d’accepter sa défaite surprise en décembre 2016 et a été contraint de quitter le pouvoir

Il y a toujours eu des suspricions, et il ne fait aucun doute que les gens craignaient le président Jammeh, mais l’ampleur des crimes a surpris.

Voici cinq choses que nous avons apprises jusqu’à présent :

1) L’hôtel 5 étoiles du président n’était pas confortable

M. Jammeh aimait plaisanter en disant que si quelqu’un le croisait, il se retrouvait dans l’un de ses « hôtels cinq étoiles » – son surnom pour les prisons.

Des témoins, anciens détenus et gardiens, ont déclaré à la commission que si un crime présumé était lié au président, la torture des prisonniers était garantie.

Un ancien chef de l’Agence nationale de renseignement (NIA) a admis à la commission qu’après la chute de M. Jammeh, il avait tenté de dissimuler la violence en faisant rénover une prison par des constructeurs pour se débarrasser de la chambre de torture et de la plupart des équipements.

Lire la suite

Source : BBC Afrique

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page