Mauritanie : la baisse de la criminalité à Nouakchott fait polémique

En annonçant cette semaine une baisse de la criminalité à Nouakchott sur les 7 derniers mois le ministre de l’intérieur n’est pas sur la même longueur d’onde que les mouvements de femmes et organisations des droits de la femme en Mauritanie en colère depuis plus d’une année contre la recrudescence de viols de kidnapping de jeunes filles et de violences faites aux femmes.

Les chiffres en possession du ministre de l’intérieur qui ne sont pas révélés lors du point de presse hebdomadaire après le conseil des ministres laissent planer des doutes sur la période des 7 derniers mois où visiblement la capitale a été fortement secouée par des séries de hold-up d’attaques à main armée de kidnapping et de viols et de meurtres de jeunes filles et de femmes.

La déclaration de baisse de la criminalité suscite débat sur les réseaux sociaux les premiers à dénoncer cette recrudescence qui frappe le sexe dit faible et à laquelle les pouvoirs publics ont du mal à donner une réponse pour lutter contre les violences sexuelles envers les femmes à cause d’une législation hybride comme en témoigne la loi criminalisant les violences faites aux femmes toujours entre les mains des députés très divisés sur son contenu.

 

Cette tendance à la baisse de la criminalité est considérée par les observateurs comme une politique par les chiffres qui ne reflète pas la réalité du vécu des citoyens depuis plus de 7 mois. Durant le confinement les actes de banditisme se limitaient à des vols durant même le couvre-feu et avec le déconfinement les agressions contre les jeunes filles et les femmes se sont multipliées.

 

 

 

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

 

 

 

(Reçu à Kassataya.com le 01 octobre 2020

 

 

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

 

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer