Dubaï veut séduire les (riches) retraités

Victime de la crise économique, Dubaï lance une campagne pour encourager les expatriés à prendre leur retraite dans l’émirat.

Jusqu’à présent, les résidents étrangers étaient bienvenus à Dubaï pour y travailler ou pour y investir, mais pas pour y prendre leur retraite. Un tout nouveau “visa de retraité” devrait intéresser en premier lieu aux expatriés de longue date dans l’émirat qui désirent y rester une fois qu’ils ont cessé de travailler, rapporte The Times.

Cette nouvelle offre s’adresse aux personnes âgées de 55 ans ou plus. Pour bénéficier d’un permis de résidence de cinq ans, les ressortissants étrangers doivent en effet acquérir sur place un bien d’une valeur minimale de 440 000 euros, arriver dans le pays avec au moins 220 000 euros d’économies ou bénéficier d’un revenu mensuel de 4 400 euros.

Dubaï confronté au départ des expats

 

Sans surprise, il s’agit donc d’un visa qui “cible le marché des riches expatriés occidentaux, notamment les dizaines de milliers de résidents britanniques, plutôt que les centaines de milliers d’ouvriers et d’employés venus du sous-continent indien et de l’Asie du Sud-Est qui constituent l’essentiel de la main-d’œuvre de l’émirat”.

Le principal défi auquel ces retraités risquent d’être confrontés sera le coût – “exorbitant”, selon le témoignage d’un ressortissant britannique – des soins de santé et de l’assurance maladie obligatoire.

L’émirat est actuellement confronté à une crise économique sévère et à un exode massif des expatriés, souligne le correspondant du Times. “Les chiffres ne sont pas publics, mais un proche du gouvernement confirme que de nombreux expatriés britanniques et Européens sont partis ces derniers mois. Les ambassades indiennes et pakistanaises indiquent de leur côté que 250 000 de leurs ressortissants ont quitté les Émirats arabes unis.”

The Times – Londres

 

Source : Courrier international

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer