« Fascinant » : la presse israélienne s’extasie sur le vol vers Abou Dhabi

« Événement historique », « jour de fête pour Israël », « changement sismique dans les relations israélo-arabes »: les Unes des journaux israéliens sont faites de superlatifs mardi, au lendemain d’un vol inédit entre Tel-Aviv et Abou Dhabi.

 

Quelques semaines après l’annonce de la normalisation des relations entre l’Etat hébreu et les Emirats arabes unis, une délégation israélo-américaine s’est envolée lundi à bord du « premier vol commercial direct » entre les deux pays.

« Le vol de la paix », écrit à sa Une le journal Yediot Aharonot, avec comme illustration une photo d’un Emirati posté près de la porte de l’avion de la compagnie israélienne El Al qui a survolé l’Arabie saoudite. « Il s’agit d’un événement historique fascinant. Mettez votre cynisme en sourdine », affirme Smadar Pery dans les colonnes du quotidien le plus vendu en Israël. L’éditorialiste Ben-Dror Yemini parle lui d’un « jour de fête pour Israël », dans le journal qui consacre quatre pages à l’évènement. « Salam aleikoum » a titré, retranscrit en hébreu, le quotidien Maariv qui souligne que la délégation israélo-américaine a été reçue « chaleureusement » aux Emirats. « Pendant quelques heures, les projecteurs, braqués sur la bataille contre le coronavirus, sur les disputes au sein du gouvernement et sur les manifestations grandissantes (contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, NDLR) ont changé de direction », note le quotidien.

Dans les colonnes du journal gratuit Israel Hayom, le commentateur Ariel Kahana salue l’accélération de la normalisation des relations entre les deux pays et parle d’un « changement sismique dans les relations israélo-arabes ». « Israël a fait un bond en avant lundi dans ses efforts d’intégration dans la région », estime-t-il. « Une nouvelle ère de coopération et d’amitié a débuté. »

Avec l’annonce d’un accord de normalisation, parrainé par Washington, les Emirats sont devenus le premier pays du Golfe à officialiser leurs liens avec l’Etat hébreu, et le troisième du monde arabe, après l’Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994. Et Abou Dhabi a abrogé ce weekend une loi vieille de 48 ans sur le boycott d’Israël.

Le journal de droite Israel Hayom, réputé proche du parti de M. Netanyahu, relève également la colère des Palestiniens, qui se sentent trahis par les Emirats. Dans une tribune, l’historien israélien Eyal Zisser estime que les Palestiniens « préfèrent rester attachés à des rêves qui ne deviendront jamais réalité ».

Jusque-là, la paix entre les Palestiniens et Israël était considérée comme l’étape préalable à toute normalisation.

AFP

Source : L’Orient Le Jour (Liban)

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer