La chaleur ferait augmenter la criminalité

L'augmentation des températures entraînerait des comportements nuisibles et favoriserait le risque d'insurrection.

Depuis des siècles, on soupçonne le temps chaud de modifier notre comportement. Les premières études sur le phénomène sont apparues à la fin du XIXe siècle, coïncidant avec les premières statistiques fiables sur la criminalité, raconte la BBC.

Depuis lors, les preuves s’accumulent. Chaque année, à mesure que le mercure grimpe, nous subissons une transformation collective.

Au Royaume-Uni, entre avril 2010 et 2018, il y a eu en moyenne 14% de crimes violents de plus lorsque la température était supérieure à 20°C que lorsqu’elle était inférieure à 10°C. Au Mexique, le crime organisé est plus important par temps chaud. En Afrique du Sud, les scientifiques ont découvert que pour chaque degré d’augmentation de la température, le nombre de meurtres augmente de 1,5%.

Des tendances similaires ont également été observées en Afrique subsaharienne, à Taïwan, aux États-Unis, en Finlande, en Espagne… la liste est encore longue.

Fièvre estivale

 

La chaleur favoriserait même les émeutes. Dans une étude, des scientifiques ont suivi les soulèvements dans le monde entier de 1791 à 1880 et ont constaté que la grande majorité d’entre eux se produisaient pendant les mois d’été. Par exemple, en Europe, ils étaient plus susceptibles d’avoir lieu en juillet, tandis qu’en Amérique du Sud, ils avaient plus de chance de se produire en janvier.

Des travaux plus récents ont confirmé le lien entre les mouvements sociaux et la température. Une analyse de plus de 7.000 événements sur trente-six ans a montré qu’ils avaient tendance à se produire durant les jours les plus cléments et que plus la température augmentait, plus les affrontements étaient susceptibles de devenir violents.

Enfin, les conditions extérieures peuvent également avoir un impact sur l’incidence de l’automutilation. Une étude portant sur 1.320.148 suicides dans douze pays a établi que des températures ambiantes plus élevées étaient associées à un risque accru de suicide.

Cerveau en ébullition

 

La raison pour laquelle la météo a un tel pouvoir sur notre comportement est un mystère total. Une des possibilités les plus évidentes: le temps chaud et étouffant est inconfortable, ce qui nous met de mauvaise humeur collectivement et entraîne des comportements nuisibles.

Cette idée est renforcée par la découverte que la température pourrait s’infiltrer dans notre cerveau en modifiant notre biologie. En 2017, des scientifiques ont constaté que la quantité de sérotonine présente dans le cerveau –une substance chimique qui régule l’anxiété, le bonheur et l’humeur générale– était liée à la température ambiante en Finlande.

Une autre hypothèse est que le temps chaud augmente nos niveaux de testostérone, ce qui nous rend plus agressifs. Cela expliquerait en partie pourquoi, lorsque les jours commencent à s’allonger, il y a un bond dans l’incidence de la violence sexuelle et domestique.

Une raison de plus de s’inquiéter du changement climatique…

 

 

Repéré par Mathieu Barrère

Repéré sur BBC

 

 

Source : Slate

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer