Mauritanie : bataille à la fois politique et juridique entre le gouvernement et le parti baathiste PUDS à Nouakchott

A peine installé le gouvernement de Bilal lance une procédure de dissolution du parti unioniste démocratique et social d’obédience baathiste. Le ministère de la justice entend contester contre le jugement rendu par la cour suprême en 2019 en faveur de ce parti contre le ministère de l’intérieur.

Au lendemain de la fermeture du siège du PUDS et l’arrestation de 4 personnes dont le notaire pour des soupçons liés à l’achat de l’immeuble abritant le siège par l’ancien président Ould Aziz les observateurs ne sont pas surpris de la tournure des évènements qui laissent penser à une volonté du gouvernement de se débarrasser de tous les symboles de l’ancien régime qui portent atteinte aux lois qui régissent les partis politiques. Le juriste et porte-parole de l’UFP est catégorique on ne peut ni vendre ni acheter des groupements privés d’intérêt général comme les syndicats et les partis politiques. Pour Lô Gourmo transformer ces derniers en objets de transactions commerciales c’est non seulement violer la loi mais c’est aussi remettre en cause les libertés individuelles et collectives des citoyens.

 

En réalité c’est un rapport de force que le parti baathiste s’est lancé depuis deux jours en organisant un congrès au forceps sans en informer au préalable au ministère de l’intérieur violant ainsi la loi des associations. Et en cooptant des fidèles de Ould Aziz dans ses instances dirigeantes le PUDS aggrave son cas et en même temps défie tout bonnement le régime de Ould Ghazouani en reprenant ses activités pourtant sur décision de la justice après avoir été dissous en mars 2019 par l’intérieur.

Une manœuvre de l’ancien chef de l’exécutif qui avait déjà derrière la tête son ambition de continuer la politique après les présidentielles. C’est une bataille juridique à laquelle assistent les mauritaniens qui comprennent bien ce qui se cache derrière ce forcing politique de Ould Aziz qui tente désespérément de sauver tout ce qui est possible pour 2024. Une bataille politique pour le gouvernement de Ould Bilal qui entend protéger les droits et les libertés des citoyens.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

(Reçu à Kassataya.com le 14 août 2020

 

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer