« Jerusalema », la chanson sud-africaine qui fait danser la planète

Le #JerusalemaDanceChallenge est le mot-dièse qui fait actuellement fureur sur les réseaux sociaux. Danser sur le titre entraînant de "Jerusalema" est le dernier défi à la mode.

Pour être à la page durant cet été 2020, il faut au moins pouvoir exécuter quelques-uns des pas de la chorégraphie qui s’est imposée pour accompagner le tube Jerusalema signé par le DJ sud-africain Master KG accompagné par sa compatriote Nomcebo Zikode. Elle signe également les paroles en zulu de cette chanson. La chanteuse a d’ailleurs révélé à la chaîne publique sud-africaine SABC qu’elle ne s’était pas rendue compte qu’elle écrivait un Gospel en travaillant sur le morceau.

 

 

Le bien nommé Jerusalema est une prière qui fait bouger désormais sur une figure imposée. Et pour s’y mettre, rien de plus simple puisque le mot-dièse #JerusalemaDanceChallenge a désormais fait le tour du monde grâce aux réseaux sociaux. Ces derniers accueillent les prestations de ceux qui dansent sur cette musique en inventant une chorégraphie ou en suivant celle qui fait le buzz : des soignants français, en passant par des religieux en Italie et tous les groupes familiaux improvisés avant et pendant le confinement, à des fans israéliens dansant depuis la ville dont il est question dans la chanson sud-africaine, Jérusalem.

Une chorégraphie « made in Angola » pour un tube né en Afrique du Sud

Sur le continent africain, la chanson fait danser depuis longtemps. « Jerusalema », qui est un tube en Afrique du Sud depuis sa sortie en 2019, a conquis les Africains. En mai 2020, il a été remixé : le résultat d’une collaboration avec la star nigériane Burna Boy, qui a participé à l’album The Gift de l’Américaine Beyoncé et à qui à la chanteuse béninoise Angelique Kidjo a dédié son 4e Grammy Award en janvier dernier.

La version de la chorégraphie, qui a aujourd’hui le vent en poupe, est devenue virale grâce à un groupe de jeunes Angolais. Dans la vidéo postée par Fenomenos do Semba, les pas s’exécutent avec un plat à la main que l’on déguste en dansant. Un défi souvent relevé dans plusieurs pays anglophones du continent.

FENOMENOS DO SEMBA

 

« Je dirais que la première qui a été faite en Angola reste ma préférée car elle a donné naissance à tous les défis de danse du monde entier », a confié le producteur de musique Master KG au journal sud-africain The Sowetan. « C’est une danse qui a été réalisée par des Angolais, puis le Portugal a suivi et elle est devenue virale à partir de ce moment-là. Juste avant le confinement, je suis allé au Portugal pour promouvoir mon album et j’ai aussi mis davantage l’accent sur la danse pendant mes spectacles ».

Des spectacles qui devraient se multiplier dans les prochains mois pour le duo Master KG et Nomcebo Zikode qui a été félicité par le ministère de la Culture sud-africain pour avoir promu l’Afrique du Sud grâce à leur production. Selon le journaliste culturel Kgopolo Mphela, les deux artistes viennent d’être séléctionnés dans le cadre d’un programme de soutien qui leur permet de se produire à l’étranger. Ils sont désormais des « ambassadeurs » de la nation arc-en-ciel.

 

Ces dernières semaines, la chanson bat tous les records sur la scène internationale. Des informations relayées avec joie par les auteurs de Jerusalema, à l’instar des chorégraphies qui leur parviennent du monde entier. Plus de 58 millions de vues sur Youtube pour le clip de Jerusalema, une chanson qui figure actuellemet dans le top 5 mondial de Shazam.

 

 

Falila Gbadamassi

 

 

Source : France Info (Le 01 août 2020)

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer