Inquiétudes – Le Maghreb se retranche face à la reprise du Covid-19

La Tunisie, l’Algérie et le Maroc sont depuis plusieurs jours confrontés à une recrudescence de la pandémie de Covid-19, obligeant les autorités à revoir leurs mesures de déconfinement et à renforcer les contrôles aux frontières.

En pleine saison estivale, les pays du Maghreb craignent le pire. Outre la crise sanitaire, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie sont touchés par une grave crise économique. En Tunisie et au Maroc, en particulier, le ralentissement de l’activité touristique prive les habitants d’une source importante de devises et d’emplois.

Isolement obligatoire en Tunisie

 

La Tunisie, qui s’en sort mieux que ses voisins, a décidé lundi 27 juillet de réimposer un isolement obligatoire de trois jours aux voyageurs en provenance d’un pays classé sur la liste “orange” des pays à risque et qui ne pourraient pas justifier d’un test PCR négatif. La Tunisie avait levé cette obligation fin juin, notamment pour permettre à sa diaspora de revenir au pays.

“Le danger persiste et nous devons tous appliquer les gestes barrières”, a déclaré à la radio privée Mosaïque FM Nissaf Ben Alaya, directrice générale de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, aux commandes de la lutte contre le coronavirus en Tunisie. Elle explique notamment que les autorités ont relevé des irrégularités parmi les passagers dans les aéroports. “Pour eux, le port du masque n’est plus une obligation alors que c’est encore le cas”, a alerté la responsable.

Lundi, les autorités sanitaires ont confirmé la contamination de trois agents au sol travaillant à l’aéroport de Tunis-Carthage, principale porte d’entrée dans le pays. Le nombre de cas confirmés reste faible en Tunisie : 1 455 au 27 juillet.

L’Algérie, un pays fermé

 

Le gouvernement algérien a annoncé pour sa part, lundi 27 juillet, la détection de 616 nouveaux cas confirmés sur les vingt-quatre dernières heures, rapporte le site d’information Dzairdaily (593 la veille). Avec un total de 27 943 contaminations et 1 163 morts depuis le début de la pandémie, l’Algérie reste l’un des pays d’Afrique les plus touchés par le Covid-19.

 

Dimanche, le chef du gouvernement Abdelaziz Djerad a décidé de reconduire pour deux semaines encore le confinement partiel dans 29 grandes wilayas du pays (sur un total de 58) : un couvre-feu entre 20 heures et 5 heures du matin, précise le journal Réflexion. La circulation routière, “y compris des véhicules particuliers”, est également interdite de et vers les wilayas concernées. Les transports publics restent suspendus durant les week-ends.

Au Maroc, le chaos sur les routes

 

Les photos et les vidéos publiées sur le site H24info sont impressionnantes. Des embouteillages monstres ont été observés lundi 27 juillet dans la soirée, à la suite de la décision du gouvernement d’interdire “de se rendre dans les villes de Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech, ou de les quitter”. La décision a engendré un flux de véhicules important de personnes souhaitant rejoindre leur domicile avant lundi minuit, heure à laquelle l’interdiction entrait en vigueur, alors que la décision avait été prise le jour même.

 

Comme en Algérie, c’est la hausse soudaine des cas de Covid-19 qui a décidé les autorités marocaines à réagir. Le dernier bilan au Maroc fait état de 633 nouveaux cas en vingt-quatre heures, portant ainsi le nombre total de personnes atteintes à 20 278. Le Maroc affiche cependant, remarque H24info, un taux de guérison de 83 %.

 

 

Malik Ben Salem

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer