Les envies de grossesse : quelles sont leurs origines ?

Nous avons tous entendu l’histoire de cette femme enceinte qui ne veut que de la glace et des cornichons, qui envoie son mari chercher du poulet frit à une heure du matin, qui a besoin, de manière profonde et primale, de cinq barres d’une marque de chocolat bien précise.

Peut-être même avons-nous nous-mêmes éprouvé une envie intense de ce genre.

On pense souvent que les envies de grossesse répondent à un besoin nutritionnel de la femme ou du fœtus, et l’idée qu’elles reflètent une réalité biologique sous-jacente a quelque chose de séduisant.

Après tout, c’est une partie déroutante d’un processus parfois difficile.

La gestation d’un humain dans ses viscères est déjà longue, fatigante et inconfortable, et s’il y a une raison à ce besoin brûlant de manger des tacos, tant mieux.

Cependant, si vous regardez les recherches scientifiques sur le sujet, un récit intriguant et un peu plus complexe apparaît.

Une envie de riz

Les chercheurs ont constaté que le désir de grossesse en tant que concept n’est pas nécessairement vécu dans toutes les cultures.

Jeune femme japonaise mangeant du riz

Le riz est un aliment de consommation courante pour les femmes enceintes au Japon

Et dans ces cultures non anglophones où les femmes signalent parfois des envies, c’est pour des raisons radicalement différentes de celles signalées par les femmes aux États-Unis et au Royaume-Uni, par exemple.

Au Japon, par exemple, lorsque des envies sont signalées, la nourriture la plus souvent demandée est le riz.

Plus loin, les études visant à déterminer si les aliments les plus fréquemment consommés fournissent des nutriments spécifiques utiles à la grossesse n’ont pas révélé qu’ils étaient de bonnes sources.

Le test du chocolat

 

En fait, les femmes qui signalent des envies ont tendance à prendre plus de poids que ce qui est généralement considéré comme sain pendant une grossesse, ce qui peut entraîner un taux plus élevé de complications.

Cela ne signifie pas que les femmes qui ont des envies inventent tout, mais simplement que ces envies peuvent être motivées par autre chose qu’un besoin biochimique.

En examinant les raisons pour lesquelles les gens ont des envies de nourriture en général, on peut mettre en lumière certaines de ces informations, suggère Julia Hormes, professeur de psychologie à l’université d’État de New York, Albany, qui a étudié les envies dans de nombreux contextes différents.

Des carrés de chocolat

Une expérience avec le chocolat a montré que les envies ne sont pas influencées par un besoin de nutriments

Par exemple, environ 50 % des femmes aux États-Unis déclarent avoir des envies de chocolat dans la semaine précédant leurs règles, explique M. Hormes.

Les scientifiques ont cherché à savoir si cette envie est due à un élément nutritif du chocolat important pour la menstruation ou si elle reflète un changement d’hormones.

Dans le cadre d’une expérience, un psychologue a demandé à des femmes d’ouvrir une boîte qu’on leur avait donnée et de manger ce qu’elle contenait la prochaine fois qu’elles auraient cette envie.

Certaines boîtes contenaient du chocolat au lait (qui contient tous les nutriments habituellement présents dans le chocolat, avec une texture fondante).

D’autres contenaient du chocolat blanc, qui ne contient pas les solides de cacao qui donnent au chocolat au lait et au chocolat noir leur couleur brune) mais qui a une belle texture.

Enfin, d’autres boîtes contenaient des pilules de cacao, avec les nutriments solides du cacao, mais sans l’expérience de la consommation de chocolat.

Une femme enceinte avec une tasse de café

Il y a des femmes de certaines cultures qui ne ressentent pas d’envies de grossesse

Le chocolat blanc est en fait celui qui a le mieux réussi à satisfaire les envies, il est donc impossible que ce soit un nutriment ou un ingrédient actif utile contenu dans les solides du cacao qui ait suscité ce désir.

D’autres études portant sur les envies de chocolat n’ont trouvé aucun lien avec les niveaux d’hormones.

En fait, les femmes en ménopause continuent de faire état de leurs envies de chocolat, a déclaré M. Hormes.

Tout cela indique qu’il s’agit d’une source culturelle ou psychologique de ces envies.

Une forte envie d’un biscuit au beurre, d’une barre de chocolat ou de frites peut commencer par une simple pensée et se transformer peu à peu en une obsession à laquelle il est difficile de résister.

 

Quand la nourriture s’accompagne d’une part de culpabilité

En même temps, aux États-Unis, et à des degrés divers ailleurs, la pensée d’aliments très appétissants – un terme utilisé par les chercheurs pour désigner tout ce qui va de la crème glacée au macaroni au fromage gluant – s’accompagne d’un fort sentiment de culpabilité.

« Il y a une certaine ambivalence », dit Hormes,

« C’est un plaisir en soi, mais je vis aussi dans une culture qui me dit que je ne devrais pas avoir ce chocolat ».

« Je le veux vraiment, mais je ne devrais pas l’avoir – nous pensons que c’est le morceau de culture qui encourage vraiment ce processus d’élaboration », ajoute-t-elle.

 

Lire la suite

 

Source : BBC Afrique

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer