Mauritanie : ce que cachent les réformes de l’armée de l’air prônées par Ould Meguett

En déclarant cette fin de semaine à Nouakchott lors d’une visite à l’Etat-major de l’armée de l’air que la Mauritanie va poursuivre les réformes contre le terrorisme, le chef des armées est dans son rôle de protection des citoyens contre tous les ennemis d’où qu’ils viennent. Mais derrière cette lapalissade se cache une politique discriminatoire de recrutement et de formation de l’armée en général.

Une armée monocolore qui ne date pas d’aujourd’hui mais dont le rythme d’accélération de promotions inquiète les observateurs qui pointent dans la déclaration du nouveau chef des armées une banalité reconnue par tous les mauritaniens épris de justice.

Ould Meguett déclare lutter contre le terrorisme alors que sous ses pieds ses frères d’armes viennent d’assassiner un pauvre citoyen Abass Diallo le 28 mars dernier lors d’une patrouille dans le département de Mbagne. 3 mois après aucune suite judiciaire pour arrêter et punir l’auteur ou les auteurs de cette tragédie. Le patron des armées est lui-même cité dans l’assassinat des 28 soldats noirs à Inal en 91.

Cette vérité de Lapalice cache donc une vérité des faits un racisme à ciel ouvert au sein de l’armée de terre de mer et de l’air.

Les derniers recrutements de pilotes de l’air sont significatifs à cet égard sans oublier toutes les dernières nominations monocolores au sein de l’armée de la police de la gendarmerie et de la garde nationale.

Toutes les écoles d’officiers dans le pays sont quasiment fermées à la majorité des mauritaniens négro-africains et haratines. Voilà les réformes engagées depuis l’élection de Ould Ghazouani.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

 

(Reçu à Kassataya.com le 19  juillet  2020)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer