Musa Juwara, d’une embarcation de migrants aux terrains de football en Italie

Parti de Gambie à l’âge de 14 ans, Musa Juwara brille aujourd’hui sur les terrains de foot italiens. Avant de connaître le succès, le jeune homme, qui ne sait pas nager, a traversé la mer Méditerranée en 2016 avant d’être secouru par un navire humanitaire. Portrait.

C’est un destin hors du commun, digne des films hollywoodiens. Le Gambien Musa Juwara, joueur de Bologne, a inscrit dimanche 5 juillet son premier but en Serie A (l’équivalent de la Ligue 1 en France) sur la pelouse de l’Inter Milan, en Italie.

« Je dédie ce but à ma famille et à tous ceux qui m’ont aidé tout au long de mon parcours », a déclaré le jeune homme de 18 ans à l’issue du match.

@lnstantFoot
Âgé de seulement 19 ans, Musa Juwara (Bologne) a fait un long voyage d’Afrique en Italie il y a 4 ans en bateau pneumatique. Il voyait la mort en face, sans ses parents à côté de lui et ne savant même pas nager. Hier, il a marqué son premier but en Serie A à San Siro.

Image

 

 

Malgré le succès, Musa n’oublie pas d’où il vient. Comme des centaines de milliers d’autres migrants, il a risqué sa vie sur les routes de l’exil.

Secouru par un navire humanitaire

 

En 2016, alors âgé de 14 ans, il quitte son pays, la Gambie, laissant derrière lui sa mère et son grand-père, qui l’a élevé. Durant sept mois, Musa traverse le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et la Libye. Il monte à bord d’une embarcation de fortune depuis les côtes libyennes, et sera secouru en pleine mer avec 500 autres migrants par le navire humanitaire Sea Watch, de l’ONG allemande éponyme. « Je ne sais pas nager », confiera plus tard le jeune homme.

Arrivé en Italie, il est recueilli par un couple qui l’aidera dans les difficiles démarches pour obtenir une licence de joueur, que la fédération ne délivre alors pas aux mineurs non accompagnés.

>> À (re)lire : Ansu Fati, de la Guinée-Bissau au FC Barcelone

Celui qui n’a pourtant suivi aucune formation de footballeur en Gambie parvient tout de même à signer au Chievo Vérone en 2017. Rapidement, Musa brille dans les catégories des jeunes. Fan de l’international belge Eden Hazard, le Gambien fait même des essais à l’Inter Milan et à la Juventus, où il s’émerveille de rencontrer le Ballon d’Or Pavel Nedved.

Un salaire de 3 000 euros par mois

 

Mais les deux géants ne donnent pas suite et, à l’été 2019, il rejoint Bologne où l’entraîneur Sinisa Mihajlovic l’a repéré. Dans ce club, Musa retrouve le chemin des filets : 11 buts en 16 rencontres de Primavera, le championnat des équipes de jeunes. Des performances qui lui valent rapidement d’être retenu en équipe première.

Avec son salaire de 3 000 euros par mois et ses arrivées au centre d’entraînement en trottinette, le jeune homme est encore loin de la vie normale des professionnels du calcio, le championnat italien.

>> À (re)lire : Francis Ngannou, un migrant camerounais devenu star de boxe

Mais il a intégré la rotation, pour des bouts de matches, pour l’instant : quatre minutes face à l’AS Rome, 11 contre le Genoa et huit contre l’Udinese avant l’interruption ; huit à nouveau lors de la réception de la Juventus pour la reprise du championnat. Et 25, donc, contre l’Inter, avec ce premier but libérateur.

« Je remercie tellement le coach de m’avoir fait confiance contre l’Inter, je suis si heureux d’avoir marqué mon premier but », a réagi Musa. « C’est un rêve devenu réalité pour moi, je m’en souviendrai pour le restant de mes jours ».

 

Source : Info Migrants

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer