Lamine Diack jugé à Paris

L’ancien président de la fédération international d’athlétisme, Lamine Diack, est jugé lundi à Paris pour corruption et blanchiment d’argent dans un scandale de dopage concernant des athlètes russes.

 

Le français d’origine sénégalaise a dirigé l’IAAF de 1999 à 2015. L’organisation a été rebaptisé World Atletics.

Les procureurs soutiennent qu’il a sollicité 3,45 millions d’euros (3,89 millions de dollars) auprès d’athlètes soupçonnés de dopage afin de dissimuler les allégations et leur permettre de continuer à concourir, notamment aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

Diack, qui a eu 87 ans dimanche, a nié les méfaits.

Ses avocats ont déclaré que les accusations sont sans fondement.

M. Diack, originaire du Sénégal, a été l’un des hommes les plus influents de ce sport. Il vit en résidence surveillée à Paris et risque une peine de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans s’il est reconnu coupable.

Papa Massata Diack

Papa Massata Diack

 

Le procès devait commencer en janvier mais a été reporté après que de nouveaux documents contenant le témoignage de son fils et de son coaccusé, Papa Massata Diack, ont été soumis au tribunal.

Le Sénégal a refusé d’extrader Papa Massata, qui travaillait comme consultant en marketing pour l’IAAF. Il est également accusé de blanchiment d’argent, de corruption et d’abus de confiance, selon l’acte d’accusation, et sera jugé par contumace.

Les autres accusés sont Habib Cissé, l’ancien avocat de Diack à l’IAAF, Gabriel Dolle, qui a supervisé les tests de dopage à l’IAAF, et les Russes Valentin Balakhnitchev et Alexei Melnikov, qui étaient respectivement chef de la fédération russe d’athlétisme et entraîneur en chef d’athlétisme au moment de la présumée dissimulation.

 

Source : BBC Afrique (Royaume Uni)

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer