Mali : l’Imam Mahmoud Dicko lance un ultimatum au Président IBK pour démissionner

Pour la énième fois, la gestion du pays par le Président de la République Ibrahim Boubacar Keïta et son gouvernement a été la cible des critiques acerbes de plusieurs mouvements et partis politiques réunis au sein du rassemblement des forces patriotiques Maliens.

-Maliweb.net- «  La  grande nation du Mali, bâtisseur des empires, n’est  pas un peuple soumis, n’est pas une peuple résigné », clame  le très influent imam Mahmoud Dicko, devant une marée humaine  acquise à sa cause à la place de l’Indépendance.  Le ton utilisé par l’ancien président du Haut conseil Islamique du Mali  s’est durci lors de ce meeting contre son ancien associé, «  IBK est éphémère, son régime est éphémère, mais le Mali demeure », prévient-il.

L’imam Mahmoud Dicko,  plus que déterminé à en découdre  avec le chef de l’Etat a saisi cette occasion pour faire son  mea-culpa,   « Aujourd’hui, le Chérif de Nioro et moi demandons pardon au peuple malien pour avoir  les  invité  à voter en faveur IBK en 2013. Nous nous excusions  pour cette décision »

Des déclarations qui ont suscité des acclamations des milliers de personnes venues répondre à l’appel de cet influent imam de Badalabougou.  Pour ce dernier,  les autorités actuelles doivent abandonner l’idée que son combat est dirigé contre  la personne du Président de la République. «  Non, notre lutte est pour le Mali, notre  combat vise à sauver la patrie. Ce n’est pas un combat contre IBK et son régime que nous estimons  éphémères », a-t-il expliqué.

Ce chef religieux jure  le bras sur la poitrine que  les  tentatives de corruption ne lui fera  pas taire contre  les scandales de corruption,  les arrestations arbitraires, le non respect des textes, l’enlisement de l’insécurité au Nord et au Centre, à l’incapacité du régime de construire une armée républicaine capable d’aller conquérir l’Azawad. «  Quand j’ai dénoncé cette situation, ils ont décidé de m’arrêter et m’envoyer au camp I. C’est eux qui méritent d’être envoyé au Camp I, qui doivent rendre compte au peuple », a déclaré  l’imam Mahmoud Dicko, qui a  durci le ton en lançant un ultimatum au président de la République.

« Cette mobilisation n’est qu’un début contre le régime IBK. Il va continuer. Je jure que si ce rassemblement ne lui sert pas de leçon, l’histoire racontera  la manière dont son pouvoir prendra fin », a-t-prévenu.  

A côté de lui, plusieurs intervenants ont réclamé le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta pour  son «  incapacité  de satisfaire les revendications légitimes de la population relatives à l’éducation, la santé, l’économie, la sécurité, l’emploi… »

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb .net

Source : Maliweb

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer