Communication – Covid-19 : au Kenya, des ballons pour amener Internet dans tous les coins du pays

Alors que sa population a reçu l’ordre de se confiner, le Kenya vient d’autoriser le lancement d’une flotte de ballons connectés pour offrir Internet à haut débit sur tout son territoire. Conçu par la maison mère de Google, ce projet devrait permettre aux salariés de télétravailler et aux écoliers d’étudier à leur domicile durant la pandémie.

Même dans la lutte contre le Covid-19, le Kenya reste fidèle à sa réputation de pionnier africain des nouvelles technologies. Avec l’approbation par le président Uhuru Kenyatta, le 23 mars, du lancement du projet Loon, le pays compte faire voler des ballons chargés d’énergie solaire à 20 kilomètres d’altitude pour déployer un réseau Internet à haut débit sur l’ensemble du territoire.

“Les ballons, qui planeront bien au-dessus de l’espace aérien commercial du Kenya, transportent des stations de base 4G et ont la capacité de fournir une couverture de signal plus large”, précise le site du quotidien kényan The Standard. Une initiative destinée à accompagner les mesures de confinement imposées depuis le 16 mars.

Connecter les régions rurales

 

Pour le chef de l’État Uhuru Kenyatta, cette solution favorisera le télétravail des salariés et la poursuite des cours pour les écoliers, assignés à domicile durant la pandémie de Covid-19. Dans ce pays de près de 50 millions d’habitants, les principales villes sont couvertes par des réseaux d’opérateurs, mais de vastes régions rurales restent des zones blanches et subissent la fracture numérique.

“Les zones de couverture initiales ont déjà été identifiées dans le centre du pays ; il s’agit de régions assez montagneuses et éloignées, ce qui fait de l’accessibilité et de la disponibilité des services un véritable challenge”, souligne The Standard.

Un “Internet flottant” en projet depuis 2018

 

En accord avec Telkom, troisièmeopérateur de télécommunications du pays, l’entreprise américaine Loon, filiale d’Alphabet, la société mère de Google, prévoit d’expédier les ballons dans les prochaines semaines.

Ce projet d’un “Internet flottant” marque son premier accord commercial en Afrique. Signé avec l’État kényan depuis 2018, son lancement effectif fut maintes fois repoussé. Cette technologie a déjà été utilisée par les opérateurs américains pour fournir une connexion Internet à plus de 250 000 personnes à Porto Rico, victime d’un ouragan l’an dernier.

 

 

The Standard – Nairobi

 

 

Source : Courrier international

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer