Pourquoi les pays impriment l’argent à l’extérieur de leurs frontières

La semaine dernière, le gouvernement libérien a annoncé qu’il avait perdu 104 millions de dollars US (61.983.402.123 FCFA).

 

Ce n’était pas à cause d’une mauvaise décision d’investissement ou d’une fraude comptable, l’argent – en espèces – avait littéralement disparu.

Les billets avaient été commandés par la Banque centrale du Libéria auprès d’imprimeurs étrangers et avaient disparu après avoir traversé le principal port et aéroport du pays.

Une enquête diligentée par le gouvernement est en cours afin de faire la lumière sur cette situation.

Lire aussi:

Pendant ce temps, le mois dernier, les Indiens ont exprimé leur indignation sur les réseaux sociaux au sujet de l’impression de l’argent.

Selon un article paru dans le « South China Morning Post », la « China Banknote Printing and Minting Corporation », propriété de l’État, a obtenu un contrat pour l’impression de roupies indiennes, ce qui soulève des inquiétudes quant à la sécurité nationale.

Lire aussi:

Le Soudan dévalue sa monnaie

Le gouvernement indien a nié ce fait, affirmant qu’il était « sans fondement » – il imprime toute sa monnaie dans quatre presses de haute sécurité.

Mais ces deux affaires ont soulevé la question de savoir si nous devrions nous soucier de l’endroit où notre argent est imprimé.

Des sujets qui peuvent vous intéresser:

Est-ce une pratique courante ?

Billet de cinq livres britannique

L’imprimeur de billets britannique De La Rue produit les nouveaux billets en polymère

Certains pays, comme l’Inde, fabriquent tout leur argent liquide chez eux. Par exemple, les États-Unis sont légalement obligés d’imprimer leurs billets de banque sur leur territoire.

Mais pour la plupart d’entre eux, c’est une pratique courante d’imprimer une partie de leur argent à l’étranger, alors que d’autres comme le Libéria n’ont même pas leur propre imprimerie.

Un certain nombre d’entreprises hautement spécialisées gagnent de l’argent dans la plupart des monnaies du monde.

Le producteur de billets « De La Rue » estime que le marché de l’impression commerciale représente 11 % de l’ensemble des billets produits.

Les plus grands producteurs de billets se trouvent principalement en Europe et en Amérique du Nord.

Lire aussi:

La société britannique De La Rue, qui a perdu un contrat pour l’impression du nouveau passeport bleu britannique cette année, est la plus grande société de fabrication de billets de banque au monde.

Elle produit des liquidités pour environ 140 banques centrales. Chaque semaine, il produit suffisamment de notes pour atteindre deux fois le sommet de l’Everest en cas d’empilement.

Son concurrent, la société allemande Giesecke & Devrient, produit des billets pour une centaine de banques centrales, tandis que la Canadian Banknote Company et la société américaine et suédoise Crane sont également des acteurs majeurs, bien qu’il s’agisse d’une grande entreprise, c’est aussi une entreprise quelque peu secrète.

Lire aussi:

La BBC a contacté un certain nombre de fabricants de monnaie, qui ont tous refusé de révéler exactement pour quelles banques centrales ils produisent de l’argent. Beaucoup de gouvernements n’aiment pas en parler non plus.

C’est peut-être compréhensible étant donné la colère en Inde, qui montre la sensibilité de certaines personnes à l’endroit où leurs monnaies sont imprimées.

« Cela devient une question de nationalisme « , dit Duncan Connors, spécialiste de l’histoire de la monnaie à l’Université de Durham.

Pourquoi les pays ne le font-ils pas eux-mêmes ?

Fondamentalement, c’est coûteux et difficile à faire.

Des bateaux-marché, îles de la Floride, îles Salomon.

Les Îles Salomon externalisent l’impression de leur monnaie

Les entreprises impliquées dans l’impression de billets existent depuis quelques centaines d’années. Elles disposent d’une technologie spécialisée et ont développé une crédibilité en matière de sécurité.

De La Rue a commencé à produire des billets de banque en 1860, d’abord pour l’île Maurice, puis ailleurs. Elle fabrique le nouveau polymère de la Banque d’Angleterre, concernant les billets de 5 et de 10 livres.

Pour les petits pays, il peut être très judicieux d’externaliser la production. Il ne vaut peut-être pas la peine d’acheter des presses coûteuses si elles n’ont besoin que d’un petit nombre de billets.

Il faudrait également suivre l’évolution rapide des progrès technologiques pour prévenir la contrefaçon.

Vous pourez aussi être intéressé par:

Une imprimerie de billets produit environ un à 1,4 milliard de billets par an. Donc, si une banque centrale produit moins que ça, cela ne vaut pas vraiment la peine sur le plan financier.

Les États-Unis impriment environ sept milliards de billets par an.

La petite nation des Îles Salomon du Pacifique, qui compte 600 000 habitants, a sa monnaie conçue et imprimée par De La Rue.

D’autres informations accessibles au public montrent que la Macédoine et le Botswana sous-traitent également à la société britannique.

Lire aussi:

Est-il risqué d’externaliser cela ?

De nombreuses préoccupations en Inde étaient fondées sur des questions de sécurité nationale, d’autant plus que le pays est actuellement engagé dans un différend frontalier avec la Chine.

Mais les craintes concernant l’externalisation de la production monétaire sont-elles justes ?

L'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi

L’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi

Un exemple frappant est la Libye en 2011. Le gouvernement britannique a retenu environ 1,86 milliard de dinars (713.284.317.150 FCFA), dont 140 millions avaient été imprimés par De La Rue, provoquant une pénurie de billets de banque dans les derniers moments au pouvoir du colonel Mouammar Kadhafi.

Donc, dans certains cas, un gouvernement étranger pourrait retenir de l’argent, mais c’est rare. L’incident en Libye a choqué les experts de l’industrie, mais n’a pas eu beaucoup d’impact sur l’externalisation de la production des billets de banque.

Lire également:

Théoriquement, un pays pourrait être miné par l’externalisation de la production si le fabricant imprimait plus qu’on ne le lui demandait, sans l’autorisation d’une banque centrale, en fournissant trop de liquidités à une économie. Cela pourrait avoir un effet indésirable sur l’économie, comme l’inflation.

Il y a aussi le risque qu’une puissance étrangère qui imprime de l’argent ait connaissance des éléments de sécurité d’un billet de banque particulier, ce qui permettrait de produire des billets frauduleux.

Cependant, il n’y a pas de preuve visible que l’un ou l’autre de ces exemples se soit produit.

Lire aussi:

Il y a cependant un problème de confiance dans les pays où les niveaux de corruption sont élevés et qui impriment leur propre monnaie.

« Faites-vous confiance aux gens de votre pays pour imprimer votre propre argent ? » dit M. Connors.

Cependant, étant donné que la plupart des devises sont encore imprimées par les pays eux-mêmes, la menace n’est peut-être pas si grande.

« La majorité des pays impriment leurs propres billets de banque et une petite quantité est imprimée par l’industrie commerciale « , explique Guillaume Lepecq, directeur de l’International Currency Association.

Il n’existe pas d’organisme international de réglementation de la production monétaire.

Aurons-nous forcément besoin d’argent à l’avenir ?

 

Le logo de WeChat

WeChat est une application de messagerie et de paiement populaire en Chine.

Selon la Banque populaire de Chine, seulement 10 % des paiements de détail ont été effectués en espèces en 2016 en raison de l’augmentation des paiements mobiles

Malgré cela, selon les experts de l’industrie Smithers Pira, la demande de billets de banque dans le monde entier continue de croître.

Elle estime la croissance annuelle à 3,2 % pour le marché mondial, qui représente actuellement un peu moins de 10 milliards de dollars US (plus de 5.000 milliards FCFA).

L’Asie et l’Afrique sont les régions qui connaissent la croissance la plus rapide pour l’impression des billets de banque.

Donc on n’est pas encore post-trésorerie.

 

Source : BBC Afrique

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer