Mauritanie : le retour probable de Ould Taya à Nouakchott fait des polémiques

Le président mauritanien aurait rencontré cette semaine une délégation de la famille de l’ancien président Ould Taya exilé au Qatar depuis 2005. Elle est conduite par un de ses frères Ahmed Ould Taya qui aurait demandé la protection de son frère par Ould Ghazouani pour son retour en Mauritanie.

 

Apparemment le chef de l’Etat mauritanien n’est pas contre mais son affirmation laisse entendre qu’il appartient à Ould Taya de revenir chez lui quand il le désire. C’est une réponse mi figues mi raisins révélatrice de la problématique du retour d’un ancien président qui a régné de 84 à 2005 d’une main de fer en emprisonnant à tort les dirigeants du premier mouvement négro-africain de lutte de libération (FLAM) dont quatre combattants de la liberté ont trouvé la mort dans les geôles de Oualata. Et c’est lui qui a initié pour la première fois dans l’histoire du pays un génocide des noirs de la vallée avec une déportation de plus de 60000 mauritaniens au Sénégal et au Mali. Et c’est sous son régime que 28 soldats noirs ont été exécutés lâchement en 91 à Inal au Nord du pays pour célébrer l’anniversaire de l’indépendance du pays.

C’est conscient de ce lourd fardeau que l’ancien président Ould Aziz pourtant sur ses traces n’a pas voulu prendre la responsabilité d’accepter son retour. Ould Ghazouani est donc averti. En acceptant ce deal il devra s’attendre à la déstabilisation de son régime. Et dans un contexte où il a promis un climat de paix et en pleine normalisation avec l’opposition pour un dialogue politique ce retour n’est pas souhaitable pour des raisons évidentes de sécurité. Ce serait une insulte aux veuves et orphelins qui attendent depuis 28 ans réparations et justice et pour les réfugiés l’occasion de faire pression contre le pouvoir pour régler définitivement le passif humanitaire. Et pour les organisations nationales des droits de l’homme de réactiver les plaintes nationales et internationales contre le génocidaire Ould Taya. Ce n’est pas le moment de rajouter à la difficile cohabitation une étincelle qui risque d’allumer un grand feu non maîtrisable.

 

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

 

Suggestion  kassataya.com :

Mauritanie : vers une campagne d’implantation de la CVE

 

 

(Reçu à Kassataya 13 novembre 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer