Mauritanie : les « otages » de Ould Aziz recouvrent la liberté

Parmi les rebondissements les moins attendus cette semaine par les observateurs figure en bonne place la libération des détenus de Lexeiba après plus de trois mois d’emprisonnement dans la capitale du Gorgol. Ce verdict du tribunal de Kaédi met fin ainsi à une détention arbitraire sous le régime de Ould Aziz durant la crise post-électorale.

Les mauritaniens n’ont pas la mémoire courte pour oublier cet épisode le plus chaud dans l’histoire des présidentielles. Avant même la proclamation du vainqueur des élections des blindés venus de toutes les régions se positionnent dans tous les coins de la capitale. Un état de siège qui ne dit pas son nom qui va se prolonger pendant des semaines. La suite, les locaux de la CVE et de l’IRA saccagés et plus de 150 militants et sympathisants arrêtés et emprisonnés à Nouakchott et dans les principales villes de la vallée. Parmi lesquels le président des FPC et des journalistes indépendants qui seront libérés quelques jours plus tard sous la pression de la communauté internationale et l’opposition mauritanienne. Seule une dizaine de prisonniers de Lexeiba seront détenus à Kaédi dont en première ligne l’instituteur Ghali Sall.

Ce rappel historique est un témoignage que le dossier judiciaire est vide et que les détenus de Lexeiba est une affaire politique. Et leur libération cette semaine est politique. Nul doute que l’AJD-MR, les FPC, TPMN et l’IRA ont joué un rôle important dans la mobilisation et le soutien de ces otages du président Ould Aziz accusés de trouble à l’ordre public. Ces forces patriotiques y sont pour quelque chose hormis la décrispation derrière ce verdict du tribunal de Kaédi. Pour les autorités de Nouakchott l’heure est à la normalisation du climat politique.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya 09 novembre 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer