Etats-Unis : le pire tueur en série de l’histoire US a avoué 93 meurtres

La police juge les aveux de Samuel Little crédibles et a mis en ligne ses confessions filmées, où il raconte les meurtres pour lesquels les victimes n’ont pas encore été identifiées.

Le FBI cherche à identifier par tous les moyens les victimes de Samuel Little, 79 ans, pire tueur en série de l’histoire américaine, qui a avoué, à ce jour, avoir assassiné 93 personnes.

Après la diffusion au début de l’année des portraits de plusieurs des victimes, dessinées de la main même de Samuel Little, la police met en ligne un site sur les aveux du tueur en série.

Les terribles confessions de Samuel Little (FBI)

Si, pour l’heure, les enquêteurs fédéraux ont confirmé 50 de ces meurtres, ils jugent crédibles les confessions filmées du tueur qui raconte en détail des faits pour lesquels les victimes n’ont pas encore été identifiées. Face à chaque vidéo, le FBI livre le portrait de la victime présumée dessiné par Samuel Little lors de son incarcération.

/
/  

« Beaucoup de ces décès avaient été initialement classés comme des overdoses ou des morts accidentelles ou sans cause déterminée. Certains corps n’ont jamais été retrouvés », précise encore le FBI sur le site internet en question.

Un terrifiant périple entre 1970 et 2005

La plupart des victimes de Little, qui a agi entre les années 1970 et 2005, sont des femmes. Il purge une peine de prison à vie depuis 2014, après avoir été reconnu coupable de trois meurtres et condamné. Mais son bilan est sans conteste beaucoup plus terrible.

« Pendant des années, Samuel Little a cru ne pas pouvoir être attrapé parce qu’il pensait que personne ne se souciait de ses victimes », explique Christie Palazzolo, analyste criminelle du FBI. « Même s’il est déjà en prison, le FBI estime qu’il est important de faire justice pour chacune des victimes, de clore tous les cas possibles ».

Un portrait non daté du tueur en série diffusé par les services du Shérif du comté d'Ectic./AFP
Un portrait non daté du tueur en série diffusé par les services du Shérif du comté d’Ectic./AFP  

Cet ancien boxeur, également connu sous l’identité de Samuel McDowell, avait été arrêté pour la première fois en 2012 dans un centre pour sans-abris du Kentucky. Il avait été extradé vers la Californie dans le cadre d’une affaire de drogue.

Une fois là-bas, des traces d’ADN ont permis aux autorités de faire le rapprochement avec trois affaires non résolues, ces fameux « cold cases », qui ont permis de le condamner en 2014 pour les meurtres de trois femmes à Los Angeles entre 1987 et 1989. Toutes trois avaient été battues et étranglées.

Source : Le Parisien (Le 07 octobre 2019)

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer