Khalifa Sall, Wade, Massalikoul Djinane et République

Je viens partager mon inquiétude avec vous, sur la succession des événements entrainant cette décrispation heureuse de la situation politique et sociale, dans la façon que cette détente est traitée dans les médias et dans les colonnes de nos journaux.

– Ce pays compte des Mourides, des sadééékhs et je m’en réjouis. On les a vu dans leur mbékté de l’inauguration de Massalikou djinane et dans la magnificence du rôle clef de l’honorable Serigne Mountakha Mbacké, Serigne Touba, Khalif général des mourides dans les événements cités dessus. Et je me sens mouride.

– Ce pays compte des Tidjanes, Des Tidjianes convaincus et sadéékhs aussi. Nous avons pu le constater suite à la sortie malheureuse de Ahmed Khalifa Niasse et dans un khadratou Jummah empli de ferveur à Massaalikoul djinane. Et je suis tidjiane.

– Ce pays compte des chrétiens respectables et engagés pour le respect de leur religion, nous l’avons vu avec les événements à Sainte Jeanne d’Arc et par le déplacement de l’Archevêque de Dakar pour visiter le Khalif Général des Mourides. acte qui nous rappelle s’il en était besoin qu’ils sont partie intégrante de notre nation et y jouent un rôle religieux mais aussi social et politique. Et je les aime.

– Ce pays compte aussi des Ceddo, une communauté Niasséne aux aguets, des Balantes et autres communautés organisées qui défendent avec brio et détermination leurs intérêts et leurs mémoires. On l’a vu dans les polémiques déclenchées sur la sortie des premiers tomes de l’HGS. Et je suis un foutanké bon teint qui les comprends car je n’aimerai pas qu’on piétine l’histoire de mon cher Fouta non plus

Hélas !

Ce pays compte peu de républicains !

Dans les analyses des pros ou anti Wade, dans les commentaires et éditoriaux des hommes de presse pro ou anti Khalifa, et ceux des communicants pour ou contre le pouvoir, j’ai vu toutes les chapelles se défendre, je n’ai presque pas vu, un seul défendre la « République », cette idée qui protège et organise notre vivre ensemble !

C’est le plus grand danger qui nous guette. Nos appartenances partisanes confrériques, ethniques ou géographiques sont jalousement défendues quand notre République est malmenée dans nos arguments.

J’entends par ici et là : deals, rejet de demande de grâce, piétinement de la justice, nihilisme de certains faits en droit, relais des autorités étrangères nous traitant de pays bananiers, interprétations hasardeuses sur le principe de grace dans notre constitution, interpretations tendancieuses de notre code électoral à des bits de manipulation, remise en question de notre architecture institutionnelle (droit de grave dévolu au PR) sans autre proposition pertinente etc… etc.. en somme des tissus de mauvaise de foi , d’ignorance et de manque d’objectivité..

Tous les malhonnêtes de la République prennent la parole pour humilier cette dernière, la piétiner et l’affaiblir la fustiger ou la décrédibiliser alors que c’est notre bien le plus précieux que l’on s’est doté après nos convictions religieuses communes. C’est au nom de la République que nous faisons Nation autour d’un Etat fortifié depuis plus de 50 ans.

Toutes les chapelles ont leurs thuriféraires, leurs « curés », ils sont véhéments et vent debout alors que la République perd de plus en plus de ses défenseurs et éclaireurs. C’est l’une des erreurs les plus graves que les médiocres aux micros sont en train de commettre, il risque d’être trop tard pour corriger cela.

Ressaisissons nous !

La décrispation politico-sociale n’aura de sens que quand le pays en fait un gain économique, de prospérité et d’attractivité. Ceci doit en être la finalité, les égos de nos hommes politiques nous ont plombé trop longtemps, tout parti confondu et tout pouvoir confondu depuis Senghor à nos jours nous avons vu où est ce que cette classe politique nous a mené. Je suis contre le « tous pourri » mais force est de constater que ceux qui ont été aux responsabilités ont failli à des moments à leurs missions. Il est temps aujourd’hui de s’occuper de la masse laborieuse. D’engager de grandes et belles réformes pour la république. Les réformes de la justice doivent être accélérées et les acquis protégés. Les secteurs de la santé et de l’éducation doivent être mis aux plus hautes priorités. L’emploi des jeunes devrait être la finalités des politiques économiques à travers l’agriculture, la formation, l’industrialisation, l’économie numérique et autres politiques d’insertion. La pyramide des âges de notre pays devraient tous nous inquiéter, pas de l’inquiétude tétanisante mais cette inquiétude stimulante ressort de nos ambitions et de nos déterminations….

Avec tout l’amour que j’ai de notre République et tout le respect que je témoigne ici pour l’harmonie de notre vivre ensemble.

Par amitié

Mohamed Ly

Facebook – Le 02 octobre 2019

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer