La NASA enquête sur le premier délit commis dans l’espace

Une usurpation d’identité qui restera dans l’histoire.

Jusqu’à preuve du contraire, les lois (juridiques) fixées sur Terre continuent à s’appliquer, y compris quand l’une des personnes concernées se trouve dans l’espace. L’astronaute Anne McClain en a fait les frais, elle qui a récemment été accusée d’avoir volé l’identité de Summer Worden, son ex-compagne.

Worden accuse McClain d’avoir accédé à ses comptes bancaires en ligne dans le but de procéder à des opérations financières. Elle a non seulement déposé plainte auprès de la Commission fédérale du commerce, mais également auprès de l’inspection générale de la NASA.

L’astronaute reconnaît avoir accédé aux comptes de celle qui était alors sa compagne, mais affirme que son objectif était uniquement de faire un point sur les finances de leur ménage. Ce sera à la justice de trancher. Quoi qu’il en soit, à la date des faits, Anne McClain se trouvait dans la Station spatiale internationale, où elle effectuait un séjour d’une durée de six mois.

McClain dit avoir juste eu besoin de vérifier l’état des comptes de Worden parce qu’elle voulait s’assurer que leur fils ne manque de rien. Au final, l’astronaute n’a procédé à aucune opération, mais il s’agit de déterminer si c’est parce qu’elle n’en avait pas l’intention, ou si c’est parce qu’elle a fini par se retrouver dans l’impossibilité de terminer une quelconque procédure.

Une leçon pour la NASA

 

La technologie utilisée par McClain sur ISS appartenant à la NASA, c’est l’inspecteur général de l’agence spatiale qui a été chargé de l’interroger sur ses motivations et sa façon de procéder. Au-delà de ce dossier, la NASA devra sans doute renforcer son système juridique et surveiller davantage ses astronautes afin d’éviter d’être liée à des affaires dont elle se passerait volontiers.

Pour mémoire, Anne McClain est cette astronaute dont le voyage spatial avait dû être reporté en raison d’un problème d’approvisionnement concernant les combinaisons spatiales adaptées aux femmes. Elle avait finalement pu se rendre sur la Station spatiale internationale deux semaines après la date initialement prévue.

Repéré par Thomas Messias

Repéré sur Quartz, New York Times

Source : Slate

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer