G5 Sahel : vers un G17 sahélo- subsaharien

Le G5 Sahel pourrait amorcer un virage important dans une nouvelle configuration avec la CEDEAO dont le sommet est prévu le 14 septembre prochain à Ouagadougou sur la question sécuritaire. Un élargissement qui passerait de 5 à 17 pays du Sahel à l’Afrique subsaharienne. Un pas géant dans la lutte contre le terrorisme islamique et un espoir de paix pour les populations.

La question sécuritaire est une œuvre de longue haleine et nécessite à la fois des moyens humains et matériels. Le G5 Sahel n’a ni l’un ni l’autre. Malgré les efforts déployés depuis 2014 pour combler ce déficit les 5 chefs d’Etat du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad n’y arrivent pas. Ils ont tapé à toutes les portes pour venir à bout des Jihadistes qui semblent mieux connaître le terrain. Après plusieurs tergiversations l’UA africaine vient de répondre favorablement en impliquant les russes dans l’équipement militaire des soldats africains.

Aujourd’hui les regards sont tournés vers la puissante CEDEAO qui tient son sommet le 14 septembre prochain à Ouagadougou pour étudier la possibilité de la CEDEAO d’intégrer le G5.  Ce serait une extension de la force anti -terroriste qui multiplierait par 17 la puissance de frappe contre les barbus. Cet élargissement pourrait apporter un nouveau souffle à la force conjointe. Et avec cette nouvelle force humaine et matérielle, les africains pourront assurer leur propre défense de sécurité.

Ainsi tous les pays seront mis à contribution. Francophones, anglophones, lusophones et arabophones pourront parler le même langage de guerre contre les deux plus grandes organisations des jihadistes qui ont pignon sur rue dans le Sahel et toute l’Afrique de l’ouest à savoir l’AQMI ( Al Qaeda Maghreb Islamique) et MUJAO ( Mouvement pour l’Unicité et le Jihad Islamique). C’est une aubaine pour le Maroc dont l’adhésion est une question de temps.

La Tunisie est toujours observateur. Et l’Algérie la grande inconnue. La Mauritanie et le Tchad ne font pas partie de la CEDEAO qui reste une puissance économique la 20ème du monde et une puissance militaire. Un espoir pour les populations de vivre la paix et le développement économique.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

 

(Reçu à Kassataya le 18 juillet 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer