Crise post-électorale Mauritanie : retour à la normale à Nouakchott

Après plus d’une semaine d’état de siège la capitale mauritanienne respire en particulier dans les quartiers populaires où les blindés militaires avaient élu domicile. Les forces de sécurité sont retournées dans leurs casernes.

A moins de deux semaines de l’investiture du président mauritanien ce retour à la normale est considéré par les observateurs comme une décrispation de la situation politique. C’est dans ce sens également que le journaliste Ould Wedia a été libéré ainsi que d’autres jeunes détenus de la coalition VE et ressortissants sénégalais.

Ces premières mesures du pouvoir vont dans le sens de préparer la cérémonie du 1er août à laquelle sont attendues des chefs d’Etat et de gouvernement et diplomates africains et arabes et représentants des occidentaux en particulier la France et l’UE.

Ainsi donc les mauritaniens auront vécu plus de semaines dans l’enfer d’un coup d’Etat électoral qui a fait plus de 258 arrestations de militants et sympathisants de la coalition VE dont le président des FPC, 2 journalistes et près d’une dizaine de condamnations et côté étrangers plus d’une centaine d’arrestations ouest-africains dont près d’une soixantaine de sénégalais expulsés. C’est la première crise post-électorale dans l’histoire du pays qui intervient après deux mandats du président Ould Aziz.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya le 18 juillet 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer