Crise post-électorale Mauritanie : bientôt un mémorandum de la CVE sur la présidentielle

L’attention des observateurs est focalisée cette fin de semaine à Nouakchott sur le point de presse du candidat malheureux de la CVE. KHB est revenu largement sur les résultats positifs de sa campagne et la ferveur des populations des 13 régions du pays avant de pointer du doigt le détournement par le pouvoir du hold-up électoral à des fins ethno-raciales avec plus de 255 personnes arrêtées dont au moins plus d’une dizaine condamnée. Le leader afro-mauritanien persiste et signe le refus de la coalition de participer au dialogue avec le pouvoir avant de révéler qu’il y aura bientôt un mémorandum sur les élections.

La presse nationale et internationale attendait bien ce point de presse du candidat de la CVE au moment où les manifestants arrêtés sont traduits devant un parquet dont certains en mandat de dépôts. Hormis l’une de ces conséquences de la crise post-électorale les observateurs sur place ont fourbi leurs armes sur l’avenir politique de la coalition et les raisons de son refus de dialogue avec le pouvoir. L’occasion pour KHB de revenir d’abord sur le succès de sa campagne dans les 13 régions du pays et surtout la ferveur des populations. En effet cette campagne a soulevé des montagnes et lui a permis de partager avec les mauritaniens de l’intérieur une autre vision du pays. En définitive la coalition VE s’est révélée finalement porteuse d’une image d’unité nationale et d’un ancrage démocratique.

Après avoir dénoncé le coup d’Etat électoral, l’état de siège non déclaré du pouvoir et les fraudes électorales. KHB a expliqué que l’arrestation du président des FPC répond à deux objectifs du pouvoir, renforcer la dérive ethno-raciale et dynamiter la coalition VE. Plus de 255 personnes proches de la coalition arrêtées dont plus d’une dizaine condamnée dont 2 pour l’instant prison ferme avec des amendes de 20000 nouvelle ouguiya sans oublier les cas avérés de tortures des prisonniers à Kaédi, Lixeiba, Aleg, Bababé. Le spectre des évènements de 89 a plané pendant plus d’une semaine sur l’ensemble du pays au point qu’une étincelle pouvait conduire le pays dans une guerre civile si l’opposition était allée à la confrontation. Dans de telles conditions la coalition VE refuse le dialogue si tous les prisonniers ne sont libérés et l’état de siège reste en vigueur.

Cependant KHB garde un espoir que l’avenir de la coalition est entre les mains de ces femmes de ces jeunes et vieux de la Mauritanie profonde dans sa diversité et de la diaspora qui continue de se mobiliser pour contester l’élection de Ould Ghazouani que la coalition ne reconnaît pas. Un mémorandum dans ce sens est en cours d’élaboration.

 

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya le 12 juillet 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer