Présidentielles Mauritanie : à Kaédi Ould Ghazouani dégoupille la grenade saharaouie

L’étape cette semaine du candidat de la majorité dans la capitale du Gorgol marque un tournant dans sa campagne sur le dossier brûlant du Sahara occidental. Ould ghazouani a surpris les observateurs et la classe politique mauritanienne en déclarant le refus de l’octroi de la nationalité aux Sahraouis de Tindouf.

Ould Ghazouani tire des boulets rouges contre son mentor en qualifiant l’octroi de cet acte comme une haute trahison contre l’Etat mauritanien. Un pied de nez à Ould Aziz pour qui cette question ne s’est jamais posée durant ses deux mandats.

Au contraire il s’est attelé politiquement à un rapprochement avec la RASD au point de vouloir ouvrir une ambassade à Nouakchott. Cette prise de position qui tourne le dos à la neutralité de Nouakchott depuis 78 impacte négativement sur les relations entre la Mauritanie et le Maroc depuis 2009.

Durant sa présidence beaucoup de sahraouis ont bel et bien obtenus des papiers mauritaniens dans le cadre de l’enrôlement tout comme des touaregs de l’AZAWAD.

A ce propos le projet de la Mauritanie, du Mali de l’Algérie et de la France sur le futur protectorat de l’AZAWAD en bordure du fleuve Sénégal et qui sera placée sous tutelle de la Mauritanie est un projet cher à Ould Aziz qui entend ainsi blanchir son pays pour lutter contre la démographie galopante des Hratines et des afro-mauritaniens.

Cette déclaration est donc surprenante sur sa forme au cours d’une campagne et sur le fond des non-dits qui renvoient à la réalité des 20000 réfugiés mauritaniens rentrés depuis 2008 et confrontés à des difficultés d’Etat civil. Sans oublier les 10000 au Sénégal qui attendent depuis plus de 30 ans à la réouverture tripartite du dossier par la Mauritanie, le Sénégal et le HCR sans oublier les 5000 au Mali non reconnus officiellement par Nouakchott. Ces propos ne peuvent être que mal accueillis à Kaédi ville martyre des 100000 noirs déportés en 89.

Cette bombe sahraouie lancée en pleine campagne cache en réalité la difficulté de Ould Ghazouani à résoudre le passif humanitaire. Une problématique absente dans son programme. Et dans la vallée la déclaration de refus de l’octroi de la nationalité aux réfugiés sahraouis de Tindouf est qualifiée par les observateurs de non-sens et manque de courage politique pour un prétendant à la Maison brune.

Cherif Kane
Coordinateur journaliste

 

(Reçu à Kassataya le 16 juin 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer