Présidentielle Mauritanie : le racisme d’Etat et les discriminations au cœur de la campagne de Ould Abeid

Le candidat abolitionniste entame sa deuxième semaine de campagne à Tidjika, capitale du Tagant après Néma, Aïoun, Kiffa où Ould Abeid a livré partout lors de ses meetings le message du régime autoritaire de Ould Aziz qui s’est accaparé des richesses nationales et le long chemin de la liberté parsemé d’embûches avec l’espoir d’une libération de sa communauté qu’il porte sur ses épaules le 22 juin prochain.

Symboliquement le coup d’envoi de sa campagne à Nouakchott avait pour objectif principal de dévoiler le programme qui sera lancé à Néma capitale du Hodh Echargui. Ce choix du candidat abolitionniste s’inscrit dans une démarche de rendre plus audible son message de combattant de la liberté. Néma est un des bastions du lobbying esclavagiste de chefs de tribus convertis en hommes d’affaires.

L’histoire retiendra qu’il avait été emprisonné dans cette ville pour avoir dénoncé l’esclavage agricole avant d’être libéré 18 mois après. Aujourd’hui la ville est dotée d’une cour spéciale de justice pour les affaires d’esclavage.

L’occasion pour le candidat abolitionniste d’insister sur le long chemin de liberté qui l’a conduit plusieurs fois derrière les barreaux. Un combat qui a porté ses fruits avec plusieurs prix internationaux et des avancées sur les lois incriminant l’esclavage. Mais avec toutes les populations à Néma comme à Aïoun et à Kiffa Ould Abeid s’est engagé à améliorer les conditions de vie des plus démunies.

Le candidat le plus antisystème de l’opposition a martelé les nominations discriminatoires des conseils de ministres à des fins électorales qui privilégient toujours une communauté en particulier le clan tribal du président mauritanien. Il s’est attaqué également à l’Etat raciste qui exclut les Hratines et les afro-mauritaniens dans les plus hautes sphères de l’administration tout en promettant une république exemplaire égalitaire. Ould Abeid est attendu dans cette dernière ligne droite de la campagne dans la vallée pour son combat contre l’accaparement des terres agricoles au profit des investisseurs étrangers.

Cherif Kane
Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya le 12 juin 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close