Ligue des Champions : Pourquoi Tottenham et l’Ajax Amsterdam se revendiquent « clubs juifs »

Adversaires ce mardi 30 avril en demi-finale aller de Ligue des Champions, le club anglais et les Néerlandais partagent une histoire commune singulière.

FOOTBALL – Deux frères. Ce mardi 30 avril, l’Ajax Amsterdam et les Spurs de Tottenham s’affrontent à Londres dans le cadre prestigieux d’une demi-finale aller de Ligue des Champions de football. Une rencontre aussi inattendue qu’alléchante, qui mettra aux prises deux équipes partageant un point commun singulier: celui de revendiquer l’image de “clubs juifs”.

Si vous scrutez les tribunes du Tottenham Hotspur Stadium ce mardi soir, vous risquez effectivement d’apercevoir des drapeaux israéliens, des “Joden” (Juifs en néerlandais) écrits sur des étendards blancs et rouges, ou encore les écharpes de la “Yid Army” (l’abréviation de “yiddish” et le surnom de certains supporters de l’équipe londonienne) frappées d’étoiles de David.

Une rareté dans le football européen, fruit de deux histoires parallèles qui ont poussé les supporters et leur club à se rallier à une identité avec laquelle ils n’avaient au départ pas grand-chose à voir. Et cela pour garder la tête haute face à leurs détracteurs.

Une appropriation de chants et d’injures antisémites

 

En effet, que ce soit du côté de la plus grande ville des Pays-Bas ou de la capitale britannique, l’identité “juive” des deux équipes vient de leur implantation géographique. À Londres, ce n’est que jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale que les Juifs ayant fui les persécutions en Europe de l’Est puis la répression nazie ont trouvé refuge dans le nord de la ville, dans le quartier de Tottenham. Avant de quitter les lieux et de laisser le multiculturalisme si typique de cette ville anglaise reprendre le pas.

Idem à Amsterdam, où l’un des premiers stades de l’Ajax était situé dans une zone réputée pour être habitée par des commerçants juifs. Une population qui sera décimée durant la Seconde guerre mondiale.

Un lien ténu existe donc entre ces équipes et le judaïsme, mais les premiers à s’en être emparés, ce sont les adversaires des deux clubs. Ainsi, tant à Londres qu’à Amsterdam, les clubs rivaux ont, de manière régulière depuis les années 1950, utilisé des chants et des injures antisémites pour attaquer l’Ajax, Tottenham et leurs fans respectifs. Une pratique qu’ont préféré détourner les concernés, se revendiquant avec fierté -et pour faire hurler leurs détracteurs- comme des “clubs juifs”. À Tottenham, cela s’est fait à partir des années 1960, en réponse à la montée du racisme en Angleterre, quand il a fallu attendre les années 1980 et une montée du néonazisme dans les stades pour l’Ajax et les Pays-Bas.

Aujourd’hui, la tradition perdure. Si la présence d’un président de confession juive, Daniel Lévy, à Tottenham renforce l’image du club anglais, force est de constater que les supporters juifs ne représentent qu’une infime part de la base des fans de l’Ajax ou des Spurs (9,97% selon un sondage). En 2013, ces derniers ont mené une consultation pour interroger leur public sur cette appropriation culturelle. À noter également que les joueurs de confession juive sont très rares au sein des effectifs des deux équipes.

Une image bien ancrée, mais qui dérange parfois

 

Ce qui n’empêche pas cette image de “clubs juifs” de se renforcer et d’être célébrée par les supporters. À tel point que l’on voit désormais les Ajacides se surnommer eux-mêmes “Les Superjuifs”, arborer des t-shirts aux couleurs d’Israël ou floqués de slogans multipliant les références au judaïsme, et des étoiles de David fleurir dans les travées de la Johan Cruijff Arena comme des différents stades où évolue Tottenham.

Une manière d’encourager une équipe qui peut toutefois poser problème, quand des supporters non-juifs s’emparent donc de noms antisémites pour se qualifier eux-mêmes. En début d’année, SoFoot rapportait ainsi les propos du directeur général du Congrès juif mondial, inquiet de voit le terme “Yid” (qui peut se traduire par “youpin” en français) être utilisé sans relâche par les supporters de Tottenham, pour provoquer leurs rivaux ou en tant que pseudonymes. Surtout, les revendications de l’Ajax et des Spurs créent chez leurs rivaux les plus virulents une résurgence des chants antisémites ou évoquant l’holocauste, ce qui gêne et inquiète en Israël comme au sein de la communauté.

Reste que l’image est désormais bien ancrée à Amsterdam et Tottenham.  Symbole de cet attachement identitaire commun, il n’est pas rare de voir dans les tribunes de l’un des “clubs juifs” le maillot de l’autre. “Beaucoup de supporters de l’Ajax suivent Tottenham. On est accueilli avec plaisir au stade de l’Ajax, quand on porte un maillot de Tottenham ”, note par exemple l’auteur Alan Fisher, journaliste anglais spécialiste des Spurs.

Alors en ce jour de fête que représente une demi-finale de la plus belle des compétitions de clubs au monde, il y a fort à parier pour que le stade londonien vibre plus que de coutume pour ces deux frères, rivaux d’un soir.

Paul Guyonnet

Source : HuffPost

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close