L’Afrique à la conquête de l’espace

L’Union africaine lance la création d’une agence pour coordonner la stratégie spatiale du continent. Les satellites sont utiles pour anticiper les épidémies, traquer les djihadistes ou encore aider les populations en cas de catastrophe naturelle.

En août 1963, la première conversation téléphonique par satellite de l’histoire avait lieu entre le président américain John Fitzgerald Kennedy (1917-1963) et le premier ministre nigérian, Abubakar Tafawa Balewa (1912-1966). Plus de cinquante ans après ce coup de fil, anecdotique dans son contenu mais hautement symbolique, le Nigeria a annoncé, en 2016, vouloir envoyer, d’ici à 2030, un homme dans l’espace.

 

Lire aussi Mohammed VI-B observera le Maroc depuis l’espace

Et en janvier, l’Union africaine (UA) a entériné la création d’une Agence spatiale africaine, envoyant ainsi un message clair au reste du monde : l’Afrique regarde, elle aussi, vers les étoiles, et s’arme pour la conquête de l’espace.

Partant de loin, le continent se presse de rattraper son retard. Sur les 31 satellites africains lancés depuis 1998, 40 % l’ont été ces trois dernières années. Aux côtés de l’Egypte, qui accueillera le siège de l’Agence spatiale africaine dès cette année, le Nigeria et l’Afrique du Sud comptent comme les poids lourds du continent. Cette dernière a d’ailleurs été choisie pour accueillir un des deux sites sur lequel sera déployé le Square Kilometre Array, le plus grand radiotélescope mondial développé pour sonder les confins de l’espace.

Anticiper les épidémies

 

Mais l’Afrique du Sud tire sa notoriété d’un autre épisode spatial. En 2002, à seulement 28 ans, Mark Shuttleworth, un jeune entrepreneur anglo-sud-africain à succès de la fin des années 1990, s’est offert, pour 20 millions de dollars (environ 23 millions d’euros à l’époque), un voyage dans l’espace qui a fait de lui le premier « afronaute » de l’histoire. Les images du drapeau sud-africain flottant dans la Station spatiale internationale ont marqué les esprits, suscitant des vocations chez les plus jeunes, dans ce pays qui compte aujourd’hui le plus grand nombre de cursus liés à l’espace sur le continent.

L’attrait pour les étoiles s’explique par les retombées attendues. « L’observation de la Terre, la gestion des ressources, l’aménagement du territoire, la lutte contre le changement climatique, la réduction des disparités liées au genre, la surveillance de maladies : le potentiel du spatial en Afrique est immense », explique Jean-Yves Le Gall, le président du Centre national d’études spatiales (CNES), qui coopère avec de nombreux gouvernements africains pour la mise en place de programmes spatiaux.

 

Lire aussi Le télescope SKA, le plus puissant au monde, sera installé en Afrique du Sud et en Australie

Les données recueillies par satellite permettent, par exemple, de prédire une épidémie de paludisme. « Il y a une corrélation entre les larves de moustiques qui propagent la malaria et les concentrations d’humidité. Grâce au satellite, quand on voit qu’il y a une forte humidité quelque part, cela indique que les moustiques vont s’y propager. Les pouvoirs publics peuvent donc anticiper », observe Jean-Yves Le Gall.

Dans les zones isolées, les services de télémédecine offerts par les satellites compensent l’absence de centres de santé publics. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont incité l’Angola, en 2017, à lancer son premier satellite.

Lancements de satellites

 

Les satellites d’observation sont utiles lors de catastrophes naturelles. En 2013, alors que l’Afrique du Sud était touchée par d’immenses inondations, la South African National Space Agency (l’agence spatiale sud-africaine) a fourni aux autorités des données cruciales qui lui ont permis d’apporter une réponse rapide aux populations.

Au Kenya, le premier satellite, lancé en 2017, fournit au gouvernement, par l’intermédiaire de son agence spatiale, des données météorologiques en continu. Dans sa lutte contre les grandes sécheresses en 2013, le pays les a savamment utilisées et a ainsi découvert un aquifère dans les sols d’une des régions les plus touchées.

Au Nigeria, l’agence spatiale fournit aux forces de sécurité des images satellitaires permettant de traquer les djihadistes de Boko Haram ou les groupes insurrectionnels qui sévissent dans la région pétrolifère du Delta, dans le sud du pays. L’agence nigériane, qui fête ses 20 ans en 2019, a aussi régulièrement épaulé le gouvernement fédéral lors des différentes élections, en assistant les différentes commissions nationales indépendantes dans leur mission de cartographie électorale, afin de s’assurer que les populations isolées soient associées au processus démocratique.

 

Lire aussi Nigeria : des images satellites témoignent du massacre de Baga

Si les usages diffèrent, partout les résultats sont probants. « Pour 1 euro dépensé dans le spatial, il y a 100 euros redistribués dans l’économie du pays. Le développement du continent passe par l’espace », affirme, enthousiaste, Sékou Ouédraogo, chef de projets aéronautiques chez Safran Aircraft Engines et auteur de L’Agence spatiale africaine, vecteur de développement (L’Harmattan, 2015).

Si l’Afrique entre peu à peu dans une nouvelle dimension, c’est que le « coût du ticket a fortement diminué ces dernières années », confie l’auteur. La mise en orbite du premier satellite ghanéen, construit par des étudiants de la All Nations University, a nécessité moins de 500 000 euros. Des lancements de satellites rwandais et éthiopiens sont d’ailleurs prévus cette année et le Sénégal comme l’Ile Maurice projettent, eux aussi, de le faire.

Partage des ressources

 

Même si les coûts diminuent, la plupart des pays africains, aux capacités financières limitées, estiment encore que le spatial n’est pas une priorité pour leur développement. C’est précisément pour cela qu’est créée l’Agence spatiale africaine : « Le développement spatial nécessite une technologie avancée et des moyens financiers considérables. Même si l’on touche parfois au régalien, les grands pays, plus avancés, doivent coopérer avec les petits. Le modèle de l’Agence spatiale africaine, c’est l’Agence spatiale européenne », souligne M. Ouédraogo.

 

Ce partage des ressources est au cœur de la « Stratégie spatiale africaine », un texte adopté à l’occasion du sommet de l’UA, en janvier. « L’agence va mettre un terme aux redondances qui caractérisent, jusqu’ici, une partie des programmes spatiaux nationaux. L’idée n’est pas de mettre un terme au travail des agences spatiales nationales, mais de coordonner le tout pour plus d’efficacité », précise le professeur Islam Abou El-Magd, conseiller auprès du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique en Egypte.

L’Agence spatiale africaine servira aussi d’espace de dialogue entre les instances internationales et le continent. « De plus en plus de pays vont être associés d’une façon ou d’une autre à un programme spatial sur le continent. Les coopérations vont se multiplier », analyse M. Le Gall. « Cette agence, c’est plus qu’une annonce, c’est une idée, une ambition et un positionnement par rapport au reste du monde. Il faut dorénavant compter avec l’Afrique dans le spatial », conclut M. Ouédraogo.

Yassin Ciyow

Source : Le Monde

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close