Le camion de la Direction des Douanes de Nouakchott

Un camion stationné devant la Direction générale des Douanes de Nouakchott !!! L’image est frappante et intrigue nombre de passants. Elle s’offre depuis plus de deux mois en spectacle à tous les usagers des axes routiers jouxtant l’état major de la gendarmerie nationale et la direction générale des Douanes.

 


De sources dignes de foi, le véhicule a été réquisitionné, au départ, par les limiers de la police politique alors qu’il venait de prendre sa charge d’un dépôt du Ksar pour se diriger vers des magasins de vente situés au « Châraa Rezegh » de la capitale (rue commerçante de vente en gros et demi-gros).


Selon ces mêmes sources, une première commission d’enquête avait été mise en place. Elle a prélevé des échantillons et pisté la marchandise jusqu’à son site de production en Europe. Ensuite elle a passé au crible tous ses documents (connaissements, factures, liquidation, reçus de paiements, …). Le rapport, établi à l’effet, a constaté que la marchandise est parvenue régulièrement au Port de Nouakchott puis débarquée et acheminée en ville selon les règles douanières en vigueur. Seule infraction relevée, l’absence d’un passe avant qui serait exigible pour tout déplacement de produits surtaxés. Mais c’est tout au plus une infraction mineure passible d’une simple amende pécuniaire.


Non satisfait de cette expertise, le Directeur général des Douanes, le général Dah Ould Mamy après avoir vainement essayé de saisir la Justice, nomme une seconde commission d’enquête avec à sa tête un colonel chevronné et connu pour sa droiture et qui s’attelle immédiatement à la tâche avant de parvenir aux mêmes conclusions que sa devancière. Malgré tout, le camion continuait d’être immobilisé et sa marchandise exposée aux intempéries : brouillard, pluies, soleil, poussière et vents.


Choqué devant cet état de fait consacré par la levée de tous les obstacles administratif, le propriétaire de la marchandise ne sait plus à quel saint se vouer. Désarmé et s’abstenant à faire des vagues, il attend toujours d’être rétabli dans ses droits.


En attendant le pays et les douaniers en particulier donnent une piètre image du respect de la justice et de la protection de la propriété privée.


Pour nombre d’observateurs, cette situation inédite où des biens sont confisqués sans limite et sans raison valable s’expliquerait par deux raisons : ou le DG des Douanes tente de fermer le marché aux cigarettes Marlboro pour faire la part belle aux cigarettes concurrentes, ou alors il viserait la personne du propriétaire de la cargaison pour ses liens de parenté avec l’homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou.


En tout état de cause, dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’un usage excessif de pouvoir, voire un véritable abus d’autorité attentatoire à la liberté individuelle d’un citoyen.


MOM

Source : L’Authentic.info

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close