Présidentielles Mauritanie : Biram Ould Abeid, une candidature crédible

Le député et président de l’IRA Biram Ould Abeid vient d’être élevé au titre Doctor Honoris causa par l’Université de Leveun en Belgique. Un titre honorifique qui récompense son combat contre l’esclavage et la transformation sociale en Mauritanie. Une nouvelle distinction après plusieurs prix internationaux ces dernières années. Cette reconnaissance internationale fait du militant anti-esclavagiste un candidat crédible à la présidentielle.

Candidat malheureux aux dernières présidentielles même loin derrière le vainqueur Ould Aziz le président de l’IRA a choisi l’alliance avec un parti nationaliste arabe SAWAB. Un démarquage net de l’opposition qui n’est toujours pas sorti de sa bulle pour désigner son candidat et encore moins dévoiler son programme. Le militant des droits de l’homme a toujours été critiqué pour ce revirement et tenu même responsable de l’échec de la convergence des luttes au sein des forces démocratiques. L’histoire pourrait lui donner raison dans quelques mois.

En attendant le député Biram voudrait au moins rééditer l’exploit de 2014 mais cette fois-ci aller plus loin en se qualifiant au second tour. Son aura internationale avec ce dernier titre Docteur Honoris causa par l’Université de Leveun en Belgique en tout cas s’y prête. C’est son combat contre l’esclavage et la transformation sociale en Mauritanie qui sont récompensés. Sans oublier les nombreux prix internationaux obtenus ces dernières années. Et les dernières élections ont montré que même en prison il a gagné son siège à l’assemblée nationale. Une performance qu’il doit à ses multiples défiances envers le régime de Ould Aziz et qui lui ont valu au moins 4 emprisonnements depuis 2009.

Et cette confiance de l’électorat mauritanien fait de lui un candidat crédible à la présidentielle qui pourrait éclipser celui de la coalition des 11 partis de l’opposition. Biram pourrait même bénéficier de l’électorat afro-mauritanien avec l’absence pour l’instant d’une candidature des leaders. Le candidat de Sawab pourrait également profiter de cette étiquette pour engranger des voix de nationalistes arabes. En définitive son pari de rapprochement avec les Baathistes peut se révéler gagnant-gagnant et bousculer ainsi tous les scénarios imaginés par les observateurs.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya le 06 février 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Check Also

Close
Close
Close