Tout sourit à Martins et la Mauritanie

 

« Les joueurs ne progressent pas par magie, il faut des bonnes infrastructures et des entraînements de qualité », souligne Corentin Martins au micro de FIFA.com. Sélectionneur de la Mauritanie depuis 2014, le technicien français accompagne la transformation de fond du football du pays. « Quand je suis arrivé, il n’y avait qu’un seul championnat. Maintenant, il y a plusieurs divisions, des catégories de jeunes, un championnat féminin… Avec la sélection, on s’entraîne dans de bien meilleures conditions », se réjouit-il.

« C’est le Président de la Fédération, Ahmed Yahya, qui a opéré tout ces changements. Il a commencé par nommer l’Espagnol Luis Forte à la Direction Technique Nationale (DTN), ancien responsable du centre de formation du FC Valence. Il pensait que nous étions faits pour nous entendre, pas uniquement parce que j’ai joué en Espagne à La Corogne, mais parce que nous parlons le même football. En effet, la collaboration se passe très bien », sourit Martins.

Deux ans avant l’arrivée du Français, les Mourabitounes occupaient la 206ème place au Classement FIFA/Coca-Cola, soit le pire de leur histoire. Depuis l’an dernier, ils se sont stabilisés autour de la 100ème place, avec une progression de deux rangs en novembre. Et le plus beau reste à venir avec la qualification historique du pays pour la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF 2019, une compétition que la Mauritanie goûtera pour la toute première fois. « C’était un moment incroyable, magique, une immense émotion pour les supporters et les joueurs », raconte Martins à propos de la victoire 2-1 à domicile contre le Botswana qui a validé l’inestimable ticket continental le 18 novembre dernier.

Passer un nouveau cap

 

« Je sentais beaucoup de tension chez les joueurs avant le coup d’envoi. On pouvait se qualifier en cas de victoire, l’enjeu était énorme mais j’ai tout fait pour ne pas qu’ils se retrouvent paralysés. Mes consignes étaient de jouer simple, d’être solidaires et surtout de ne pas prendre de but ! Résultat… On en a encaissé un dès la quatrième minute (rires) ! Mais les joueurs ont très bien réagi derrière. Ismaël Diakité a égalisé à la 20ème puis a marqué le but de la victoire à la 84ème. Au delà de la charge émotionnelle très forte et du scénario de rêve, le contenu du match était très satisfaisant pour moi, avec beaucoup de maturité. »

La Mauritanie occupe la première place de son groupe avec 12 points (quatre victoires, une défaite) avec un dernier match à jouer contre le Burkina Faso le 22 mars 2019. Ce bilan permet de mesurer le chemin parcouru depuis quatre ans. « Quand je suis arrivé, je me suis surtout focalisé sur la victoire. Il fallait gagner des matches pour reprendre confiance et se remettre en mouvement », se souvient Martins. « On se connait bien maintenant avec les joueurs. Ils savent ce que j’attends d’eux en matière de travail, sur le terrain et en dehors. C’est important pour avoir des résultats. »

En plus des accomplissements collectifs, ses protégés obtiennent également des retombées personnelles sur leurs carrières respectives : « Au départ, j’avais 17 joueurs locaux et sept qui jouaient à l’étranger. Aujourd’hui, ça s’est inversé, ce qui montre que les internationaux mauritaniens attirent de plus en plus les clubs étrangers ».

Pour Martins, pas question de faire de la figuration à la CAN 2019. « Le tournoi sera une réussite si on passe la phase de groupes », annonce celui qui espère qu’une belle performance des A continuera à tirer son groupe vers le haut. Jusqu’où ? « Les joueurs ont besoin d’objectifs pour progresser et la Coupe du Monde peut en être un, même s’il paraît un peu hors de portée pour le moment. Mais on ne sait jamais ! C’est important d’avoir des rêves », conclut-il.

 

 

Source : FIFA

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

 

Related Articles

Close
Close