Macky et Aziz parlent, enfin, le même langage

Entre les Présidents Macky Sall du Sénégal et Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie, les relations semblent s’être beaucoup améliorées.

 

En témoigne cette présence du dernier à la cérémonie d’investiture du premier, ce week-end à Diamniadio. Aziz ne s’est pas contenté de se déplacer, il a pris la parole pour magnifier le bilan de Macky et formulé le souhait qu’il soit réélu.

Il a salué les relations fraternelles entre les deux pays que tout lie, notamment l’histoire, la géographie, la religion, etc.

D’ailleurs, dans quelques jours, Macky devra se rendre à Nouakchott pour les besoins de l’accord sur le gaz découvert entre les deux pays et qu’ils doivent se partager.

En somme, il me semble qu’il s’agit là d’un tournant décisif dans les relations entre les deux Chefs d’Etat. Car, jusqu’ici, les relations nous semblaient assez tendues, malgré les déclarations officielles.

Aziz n’avait pas sans doute approuvé la détermination de Macky d’éjecter de la Gambie son ami Yahya Jammeh malgré sa médiation et celle d’Alpha Condé, deux présidents estampillés proches de l’ancien Président gambien. Du côté du Sénégal, la mort récurrente de pêcheurs accusés par Nouakchott de violer leurs eaux maritimes, était très mal vue.

D’ailleurs, ce n’est là que les gouttes d’eau de trop. Si le Sénégal n’a pas participé à la force conjointe G5 Sahel, beaucoup l’attribuent à ces incompréhensions avec le président mauritanien, un des maitres d’œuvre de la force, même si d’autres sources indexent Macky lui-même.

En tout cas, au regard également des difficultés aujourd’hui dépassées, en partie, d’obtenir des accords de pêche entre les deux pays, les observateurs y voyaient des relations tendues entre les deux Présidents.

Aujourd’hui, la page est tournée. Aziz ne veut pas d’un troisième mandat alors que Macky cherche un second. Le président mauritanien va bientôt faire ses adieux, même s’il n’exclut pas de revenir au pouvoir par la voie démocratique.

Sans doute, les Ambassadeurs des deux Etats établis dans les capitales y ont joué aussi un rôle positif. Ici, au Sénégal, Cheikh Ould Nenni, l’Ambassadeur de la Mauritanie qui s’est fait discret, est pourtant un journaliste et patron de presse qui a été un des pionniers de la presse privée en Mauritanie dont il a dirigé longtemps l’association.

En tout état de cause, il est important, pour tout dirigeant établi en Mauritanie et au Sénégal, de comprendre qu’il doit travailler dans le sens de consolider des relations séculaires que personne ne peut remettre en cause. Les deux pays sont contraints de vivre ensemble. Qu’ils le fassent dans la paix, c’est toujours mieux.

Il y aura certes toujours quelques querelles de voisinage, mais cela ne doit pas, fondamentalement, remettre en cause la paix et la concorde qui doivent toujours prévaloir.

Il doit en être de même avec le Mali, la Guinée d’Alpha Condé et la Guinée-Bissau.

On a toujours parlé de ‘’ceinture de feu’’ qui entourait le Sénégal parlant de ses voisins, mais ce que l’on dit moins, c’est cette rivalité malsaine entre dirigeants, au grand dam des peuples contraints à vivre ensemble.

C’est vrai que cette fois-ci, Aziz, en voulant tourner la page des incompréhensions réelles ou supposées, en a dit trop. Il a certes le droit de souhaiter que Macky soit réélu, mais c’est aux Sénégalais d’en juger. Ces amis du Sénégal ne sont pas forcément les amis de Macky, même s’il est important qu’ils s’entendent avec lui.

Ce que les Sénégalais et nos amis voisins doivent savoir, c’est qu’ici, personne n’est indispensable. Des Senghor, des Abdou Diouf, des Abdoulaye Wade ou des Macky, il y en aura toujours.

Le premier Président du Sénégal, le père de la Nation, avait donné l’exemple : Il faut savoir quitter le pouvoir qui est corrosif avant qu’il ne vous quitte.

Bravo à Aziz qui n’a pas suivi certains de ses partisans sur le chemin du troisième mandat. C’est cela la hauteur, l’esprit de dépassement, le dévouement à son peuple.

Si nos deux peuples continuent à être attachés aux valeurs démocratiques et à choisir librement leurs dirigeants, ils continueront à vivre, encore longtemps, dans la paix et la concorde.

Assane Samb

Source : Rewmi

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close