Mauritanie : un Mémorandum pour les crimes perpétrés par l’armée contre les Noirs

La fête de l’indépendance suscite de plus en plus des polémiques au sein de la communauté négro-africaine victime depuis 86 de crimes commis par l’armée mauritanienne dont les 28 soldats noirs assassinés en 90 à Inal. Ces nombreuses exactions résultent de la dérive politique et sanguinaire du régime Ould Taya de 84 à 2005 selon l’analyse d’un mauritanien de la diaspora américaine. Face au silence du régime de Ould Aziz Adama Ngaide appelle l’opposition à plaider pour la création d’une coordination internationale pour un Mémorandum sur tous ces crimes dans son programme pour 2019.

 

De Mokhtar Ould Daddah à Ould Salek en passant par Ould Haidallah à Ould Taya et dans une moindre mesure à feu Ould Vall puis SIDIOCA et enfin jusqu’à Ould Aziz les observateurs font état d’un complot permanent de la communauté arabo-berbère contre la communauté négro-africaine. Et c’est ce sentiment de supériorité qui a donné naissance à des exécutions extrajudiciaires des 28 soldats noirs en 90 à Inal. Une dérive politique et sanguinaire du régime de Ould Taya passée sous silence par les régimes successifs et en particulier Ould Aziz aujourd’hui en fin de mandat. Tous ces crimes doivent être punis un jour. Et « nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple car un peuple sans histoire est un monde sans âme ». C’est le sens de la contribution pertinente d’un mauritanien de la diaspora américaine publiée cette semaine sur les réseaux sociaux et la presse nationale.

Adama Ngaidé revient largement sur le système politique mauritanien qui valide la supériorité de l’arabe sur toutes les autres cultures du pays le piège tendu à l’opposition mauritanienne dans sa politique par procuration le manque d’imagination et d’unité de la communauté négro-africaine victime du complot pour en arriver à la monarchie du régime de Ould Aziz dont le silence assourdissant sur la réconciliation nationale est révélateur de la reconduite du chaos et de l’immobilisme politique des années de braise. Cette marginalisation des négro-africains et des Hratines entretenue savamment par les différents locataires du palais de Nouakchott réside dans une politique à caractère raciste qui atteint son paroxysme avec Ould Aziz lequel a imposé une constitution d’inspiration discriminatoire avec des réformes qui piétinent les mauritaniens pointe le jeune mauritanien de la diaspora américaine qui est frappé par les 28 ans de silence de l’Etat mauritanien. Pour détruire ce silence il appartient à la communauté négro-africaine de commémorer ce triste anniversaire. Et face à cette impunité qui perdure Adama Ngaidé appelle l’opposition à plaider dans le cadre de son programme pour 2019 pour la création d’une coordination internationale pour un Mémorandum sur tous les meurtres organisés et perpétrés par l’armée mauritanienne contre les noirs. Ce document sera transmis à grande échelle internationale aux diplomates occidentaux et aux personnalités coutumières et religieuses en Mauritanie et dans le monde. Il s’agira de créer des antennes de coordination à travers le monde pour l’évaluation de tout ce qui sera fait.

Cherif Kane
Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya le 29 novembre 2018)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close