Mauritanie : les vérités de Samba Thiam sur la situation politique

Le président des FPC est surpris de la nouvelle position de l’opposition démocratique sur le régime de Ould Aziz qu’elle assimile à un régime d’apartheid. Une vision longtemps soutenue par son parti. Allié naturel de l’AJD-MR Samba Thiam est revenu sur son soutien pendant les dernières élections qu’il qualifie de devoir avant de regretter l’arbitraire qui frappe les FPC et sa situation personnelle dans un entretien cette semaine avec le Calame de Nouakchott. Le chef historique ne croit pas à des présidentielles transparentes et consensuelles et affirme que la Mauritanie est toujours une république bananière.

Le chef historique des FPC ex-FLAM a marqué sa sortie médiatique cette semaine en revenant sur les dernières élections entachées d’irrégularités et de fraudes massives qui n’augurent pas des présidentielles transparentes et consensuelles. C’est une figure de l’opposition hors système qui s’est empressé de clamer tout haut ce que la classe politique dit tout bas. Même si Samba Thiam apprécie les résultats encourageants de l’opposition il n’en demeure pas moins qu’il la trouve assez molle et naïve en se prêtant au jeu du chat et de la souris du régime de Ould Aziz depuis 2009.

Autrement dit une opposition dans les fers. Il aurait bien aimé avoir en face d’un régime esclavagiste et raciste une opposition plus combative. Dans cette perspective c’est avec une grande surprise qu’il constate le nouveau regard de l’opposition démocratique sur le système mauritanien. Une position que son parti a toujours adopté depuis sa création. La sortie récente des FPC du G8 n’est pas étrangère à ce constat.  Fidèle à ses principes le rapprochement avec l’AJD-MR est quelque chose de naturel. Historiquement les deux partis sont liés par les FLAM devenues FPC et les deux anciens prisonniers ont fait le mouroir de Oualata où ils ont perdu quatre meilleurs d’entre eux.

Le soutien à ce parti lors des dernières élections est un devoir et non un marchandage d’une quelconque faveur. Et le leader noir de profiter de cette occasion pour tacler les dirigeants négro-africains qui demeurent jusqu’ici incapables de se rencontrer en dehors des élections pour échanger au moins de ce qu’ils ont en commun. Une vérité bonne à dire au moment où les partis devront choisir leur candidat pour les présidentielles de 2019. Samba Thiam appartient à cette génération qui n’a peur de rien et déterminé à aller jusqu’au bout de ses rêves même si présentement il fait face à l’arbitraire des autorités de Nouakchott qui lui refusent son récépissé et la régularisation administrative de sa situation d’anciens prisonniers. Il attendra le temps qu’il faut .Il est d’autant plus convaincu que la Mauritanie est toujours une république bananière comme en témoigne l’instrumentalisation politique de l’emprisonnement du député et président de l’IRA  le seul candidat déclaré pour l’instant aux présidentielles.

Cherif Kane
Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya le 09 novembre 2018)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close