Mali : des irrégularités constatées lors du premier tour de la présidentielle

Vente de cartes d’électeurs, abus des votes par procuration, taux de participation irréalistes… Une partie de l’opposition et des observateurs dénoncent des fraudes.

« Hold-up », « coup d’Etat électoral »… C’est en ces termes peu amènes que 18 des 24 candidats à l’élection présidentielle au Mali ont dénoncé, lundi 6 août, le déroulement du premier tour et ses résultats donnant une large avance au président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), avec 41,4 % des voix, devant Soumaïla Cissé (17,8 %).

Depuis le vote du 29 juillet, les rumeurs autour d’irrégularités augmentent. Malgré les multiples réclamations de la mission d’observation de l’Union européenne (UE) et de l’opposition pour une publication des résultats de chaque bureau de vote, le ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation (MATD) a annoncé les résultats globaux, le 2 août, sans en donner les détails.

Lire aussi :   Au Mali, Ibrahim Boubacar Keïta en position de force pour le second tour

« Le ministère n’est pas soumis aux diktats de l’UE mais à la loi. Et la loi ne nous l’impose pas. Ce que l’UE ne comprend pas, c’est que seule la Cour constitutionnelle reçoit les résultats bureau de vote par bureau de vote », a expliqué au Monde Afrique Babahamane Maïga, le secrétaire général du MATD, au lendemain de l’annonce des résultats.

Le ministère a cependant accédé à une autre demande des observateurs : la publication du détail des bureaux où le scrutin n’a pas pu se tenir, principalement en raison de l’insécurité. Selon les chiffres du MATD, plus de 245 000 électeurs, répartis dans 871 bureaux, n’ont pu exercer leur droit, soit 3,1 % de l’électorat malien. Près de 84 % de ces électeurs se situent dans la région de Mopti, dans le centre du pays. Preuve, selon Soumaïla Cissé, que le pouvoir n’a pas tout mis en œuvre pour que l’élection ait lieu dans le centre et le nord, les deux zones où il espérait faire ses meilleurs scores.

5 000 francs CFA la carte d’électeur

 

« Il est certain qu’il y a eu des fraudes. Mais, faute de publication des résultats bureau par bureau, on ne peut pas vérifier l’ampleur de cette fraude, personne ne peut recouper », glisse une source bien informée. Néanmoins, les résultats provisoires du premier tour par cercles (collectivités territoriales entre la commune et la région, au nombre de 49 au Mali), que Le Monde Afrique s’est procurés, soulèvent par endroits des interrogations.

Comme dans la région de Kidal, où le taux de participation est en moyenne de 88,5 % dans trois des quatre cercles où les résultats ont pu être récupérés, contre 43,1 % au niveau national. C’est dans cette région qu’IBK réalise son plus gros score, avec 80 % des votes en sa faveur, contre 6,55 % pour M. Cissé (son plus faible résultat). Cela étant, le poids de cette région (0,46 % des électeurs) est dérisoire.

« Dans le nord et surtout à Kidal, des cartes d’électeurs ont été données aux chefs de village, qui ont retiré parfois 100, 200 voire 1 000 cartes à la fois », assure Ibrahima Sangho, le chef de mission du Pool d’observation citoyenne du Mali (Pocim), la plus importante mission d’observation avec près de 2 000 personnes déployées dans le pays. Selon lui, la distribution des cartes constitue le principal dysfonctionnement de ce premier tour.

Lire aussi :   Présidentielle au Mali : 18 candidats exigent la démission du ministre chargé du scrutin

« Nous avons également constaté des cas généralisés de vente de cartes d’électeurs, notamment à Bamako. Il n’y a pas eu beaucoup d’affluence dans les bureaux, mais à la fin de la journée il y avait des attroupements au niveau de certains centres de vote. Les électeurs négociaient avec les représentants des candidats la vente de leur carte : 5 000 francs CFA [7,60 euros] en moyenne », assure M. Sangho.

Et de pointer le cas, « fréquent », de cartes non retirées et susceptibles d’être distribuées parallèlement : « 40 % des cartes de Bamako n’étaient pas disponibles dans les bureaux. Or c’est le bastion de l’opposition. » Dans la capitale, les résultats provisoires placent le président sortant en première place, devant Cheick Modibo Diarra et Soumaïla Cissé.

« Ces résultats sont impossibles »

 

Les résultats du vote à Ménaka, dans le nord-est du pays, ont également éveillé les doutes. « En 2009, entre 50 000 et 60 000 personnes ont été recensées dans le cercle de Ménaka. Mais avec la guerre, il doit rester peut-être un dixième de la population », assure Choguel Kokalla Maïga, un des candidats. Or 43 532 votants sont inscrits sur les listes de Ménaka et le taux de participation est parmi les plus élevés du pays : 86,4 %. IBK y réalise une percée avec 76,9 % des voix, devant Aliou Diallo (10 %).

« Ces résultats sont impossibles, c’est flagrant, juge M. Sangho. Avec le déplacement massif des populations, on ne peut pas trouver quasiment le même nombre de votants que dans le cercle de Yorosso, qui, lui, ne souffre pas de l’insécurité ! » Une autre mission d’observation relève quant à elle que « dans certaines communes du nord, il y a eu autant d’inscrits que de votants », citant même le cas de Tin-Essako où « il y a eu plus de votants que d’inscrits (106 %) ».

L’abus des votes par procuration, dénoncé par l’opposition, a également été constaté par le Pocim. Ce dernier estime que les procurations concernent près de 10 % de l’électorat, soit plus de 340 000 personnes lors du premier tour.

Lire aussi :   Présidentielle au Mali : trois opposants saisissent la justice pour « bourrage d’urnes »

Si M. Sangho dénonce des fraudes importantes – incomparables toutefois avec celles de 2013 –, il ne remet pas en cause la première place d’IBK, ni la seconde de M. Cissé. Face aux allégations formulées par l’opposition au lendemain du premier tour, le camp du président sortant s’est de son côté indigné de ces « procédés graves qui visent à discréditer un processus électoral transparent et salué comme tel par l’ensemble des acteurs internationaux et nationaux indépendants ».

La Cour constitutionnelle, habilitée à publier le détail des résultats, devra trancher en publiant les scores définitifs mercredi alors que le second tour de l’élection est prévu pour le dimanche 12 août. M. Cissé a déjà déposé une vingtaine de recours à des fins d’annulation des résultats. Aliou Diallo et Cheick Modibo Diarra, troisième et quatrième du premier tour, ont également déposé les leurs. En 2013, onze recours avaient été déposés, tous rejetés par les sages de cette Cour que six candidats, dont MM. Cissé et Diallo, estiment partiale. Ils ont d’ailleurs déposé une requête « aux fins de récusation de six membres » de la Cour constitutionnelle, dont sa présidente.

Morgane Le Cam

(Bamako, correspondance)

Source : Le Monde

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close