L’Algérie abandonne les migrants dans le désert

L’Algérie a décidé d’expulser des migrants en les abandonnant dans le désert.

 

 

Une agence des Nations Unies met en garde contre une nouvelle crise le long de la frontière du Niger après que les autorités algériennes ont commencé à déverser des migrants dans le désert du Sahara.

Une nouvelle approche d’expulsion forcée adoptée par Alger et qui a déjà fait des morts.

9000 Ivoiriens arrivés en Italie en 2017

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) dit avoir apporté son soutien à près de 10.000 migrants abandonnés dans le désert depuis septembre.

Certains ont été laissés par des trafiquants, mais d’autres ont été déportés par les autorités algériennes.

Abandonnés dans le désert, ils ont été invités à marcher dans le désert pour rallier la ville frontalière la plus proche.

Israël suspend l’accord sur les migrants africains

Libye: les Nations Unies veulent sauver 36 000 enfants migrants

Dans la chaleur brûlante, un certain nombre de personnes sont mortes.

Des migrants laissés en rade

 

Un migrant du Mali a raconté sa propre expérience:

« Ils ont pris toutes nos affaires – argent, téléphone portable…tout. Ils nous ont maltraités et ils nous ont déposés dans le désert du Sahara. »

« Et puis, nous avons été obligés de marcher des dizaines de kilomètres pour atteindre Assamaka, la première ville frontalière. C’était comme marcher en enfer. Les femmes enceintes et les enfants mineurs marchaient difficilement tandis que le soleil du Sahara était vraiment brûlant. Nous n’avions rien à manger et nous avons appris qu’au moins deux personnes sont mortes dans les dunes. »

Giuseppe Loprete, chef de mission de l’OIM au Niger a tiré sur la sonnette d’alarme via un tweet indiquant que « 343 migrants ont été expulsés par l’Algérie dont 176 hommes, 53 femmes, 114 mineurs ».

Les réfugiés expulsés par l’Algérie sont maintenant aidé par l’UNHCR au Niger a précisé le chef de mission de l’OIM au Niger.

 

Une dizaine de migrants noyés en Méditerranée

Des migrants africains vivent les affres du froid à Paris

M. Loprete a déclaré à la BBC que l’Algérie avait défendu sa décision d’expulser les migrants comme nécessaire pour prévenir l’insécurité et le terrorisme, ajoutant qu’elle ne voulait pas que des individus traversent la frontière sans savoir qui ils sont.

Cependant, l’OIM avait trouvé parmi les personnes contraintes de se rendre à la frontière un certain nombre de personnes réfugiées en Algérie.

Source : BBC Afrique

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close