Trop de morts sur une autoroute au Sénégal

Un « collectif citoyen d’usagers » a dénoncé la dangerosité de la principale autoroute du Sénégal, dépourvue d’éclairage nocturne, après la mort la semaine dernière d’un musicien populaire dont le véhicule a heurté un troupeau de vaches en pleine nuit.

 

Le décès de Papis Baba Mballo, tué dans la nuit du 4 au 5 mai sur le tronçon reliant Dakar à son nouvel aéroport international, à une cinquante de kilomètres, a suscité une vague d’indignation dans le pays, la presse évoquant une « autoroute de la mort ».

« Tout était noir. A un moment, on a vu un troupeau de vaches sur le chemin. Je l’ai alerté mais il n’avait pas vu venir » l’impact, a raconté son frère Moussa, qui était à bord du véhicule, cité par le quotidien L’Observateur.

>> Lire aussi : Au moins un mort lors d’un cortège de mariage à la frontière Guinée-Mali

Des membres de sa famille, soutenus notamment par un ancien député, Cheikh Oumar Sy, ont dans la foulée constitué un « collectif citoyen » pour dénoncer l’insécurité sur la seule autoroute à péage du Sénégal, dont le tronçon allant jusqu’à l’aéroport a été mis en service en octobre 2016.

Mardi, la famille du musicien a déposé une plainte « pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d’autrui contre le gestionnaire de l’autoroute à péage et contre le propriétaire des vaches », a expliqué à la presse le porte-parole du collectif, Bachir Fofana.

Si le propriétaire des vaches est à ce stade inconnu, la plainte vise Gérard Sénac, le patron d’Eiffage Sénégal, filiale du groupe de BTP français Eiffage à qui le Sénégal a confié la construction et l’exploitation de l’autoroute jusqu’en 2039, a précisé M. Fofana, qui lui reproche de ne pas avoir mis en place un dispositif empêchant le bétail de pénétrer sur la voie rapide.

 

 

Source : VOA Afrique

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Related Articles

Close
Close