Donald Trump prévient la Russie qu’il va lancer des missiles sur la Syrie

« Vous ne devriez pas vous associer à un Animal qui Tue avec du Gaz »

 

 

Le président américain Donald Trump a averti ce mercredi 11 avril la Russie, alliée de Bachar al-Assad, que des missiles américains seront bientôt lancés sur la Syrie après l’attaque chimique présumée imputée au régime syrien.

« La Russie jure d’abattre n’importe quel missile tiré sur la Syrie. Que la Russie se tienne prête, car ils arrivent, beaux, nouveaux et ‘intelligents!’ Vous ne devriez pas vous associer à un Animal qui Tue avec du Gaz, qui tue son peuple et aime cela », a écrit Donald Trump dans un tweet.

 

Les missiles américains doivent viser « les terroristes » et non « le gouvernement légitime » syrien, a aussitôt répliqué la Russie, qui peu auparavant avait déjà mis en garde contre tout acte en Syrie pouvant « déstabiliser la situation déjà fragile dans la région ». Moscou a opposé mardi son veto au Conseil de sécurité à un projet de résolution américain visant à créer un mécanisme d’enquête indépendant sur le recours aux armes chimiques en Syrie.

Il y a un an, en avril 2017, les Etats-Unis avaient déjà bombardé une base aérienne du régime de Bachar al-Assad en représailles de l’attaque chimique de Khan Cheikhoun, le Pentagone affirmant avoir auparavant prévenu la Russie pour éviter que ne soient touchés des soldats russes. « Les Russes ont été prévenus à l’avance » de la frappe d’une soixantaine de missiles sur la base aérienne syrienne, via la ligne de communication spéciale établie entre militaires américains et russes pour éviter les incidents en Syrie, avait indiqué le porte-parole du Pentagone.

Des relations « pires que pendant la Guerre froide »

Le président américain a affirmé dans un autre tweet que les relations entre les Etats-Unis et la Russie étaient « pires aujourd’hui qu’elles ne l’ont jamais été, y compris pendant la Guerre froide ».

« Il n’y a pas de raison à cela. La Russie a besoin qu’on l’aide sur son économie, ce qui devrait être très facile à faire, et nous avons besoin que toutes les nations travaillent ensemble. Arrêtons la course aux armements? », a poursuivi le président, quelques minutes après un autre message mettant en garde Moscou sur son implication dans le conflit syrien.

 

Depuis l’attaque, la Russie a fermement démenti toutes les accusations occidentales sur l’origine de l’attaque chimique. Ce mercredi 11 avril, un général de l’armée russe a ainsi déclaré que l’attaque avait été « mise en scène devant les caméras » par les Casques blancs, qui « opèrent uniquement dans les rangs des terroristes. » Les Casques Blancs sont l’organisation de sauveteurs syriens en zone rebelle. Ils ont été les premiers à dénoncer l’attaque du 7 avril dans la ville de Douma (dans la Ghouta Orientale) et à publier des photos.

Mais en dépit de ces démentis, les déclarations de Donald Trump ont bien sûr fait réagir Moscou. L’armée russe a ainsi indiqué qu’elle déploierait dès jeudi 12 avril sa police militaire à Douma, « pour assurer la sécurité, maintenir l’ordre et organiser l’aide aux habitants locaux », a déclaré un général russe. Il a également affirmé que « la situation dans a Ghouta orientale est totalement stabilisée », précisant que « les forces armées russes achèvent leur opération humanitaire massive conjointement avec les forces gouvernementales syriennes. »

« La situation dans le monde devient de plus en plus chaotique », a jugé de son côté Vladimir Poutine, lors d’un discours devant des diplomates étrangers. « Néanmoins, nous espérons que le bon sens finira par l’emporter et que les relations internationales prendront une direction constructive, que le système mondial deviendra plus stable et prévisible. »

 

Source : Huffpost

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Related Articles

Check Also

Close
Close
Close