Accord gazier : « C’est plus un arrangement technique que politique »

Abderrahmane Marrakchy, président du groupe parlementaire pour la bonne gouvernance des ressources naturelles en Mauritanie apporte des éclairages sur l’accord signé entre le Sénégal et la Mauritanie, le 9 février dernier. « Ce n’est un secret pour personne. Ces accords sont une exigence des opérateurs, parce que contrairement à ce qu’on pense, ce n’est pas un gisement qui est commun au Sénégal et à la Mauritanie. La Mauritanie a son gisement, le Sénégal a son gisement. Mais, ils sont tellement proches l’un de l’autre qu’il est beaucoup plus économique de faire une plateforme commune de liquéfaction de gaz naturel », explique le parlementaire mauritanien  dans Vox Populi. Qui précise qu’il s’agit d’un arrangement technique entre les deux pays. «  Cet accord c’est plus un arrangement technique que politique. Ce sont des arrangements techniques  qui vont permettre à l’opérateur  d’agir le plus rapidement possible, afin d’exploiter ce gisement ».

 

L’accord de coopération entre les deux pays concerne l’exploitation du champ gazier offshore de Grand Tortue-Ahmeyim (GTA) pour un coût global de 7 milliards de dollars.  « Si on fait une plateforme pour le Mauritanie et une plateforme pour le Sénégal cela va doubler les coûts et les bailleurs de fonds ne seront pas très chauds.  Surtout, cela va retarder l’exploitation de nos gisements », souligne Marrakchy.

Auteur: Seneweb News – SenewebNews-RP

Related Articles

Close
Close