Quand la destruction d’un F-16 israélien est célébrée comme une victoire arabe

L’armée syrienne a abattu samedi un avion de chasse de l’État hébreu au retour de raids contre des cibles iraniennes en Syrie.

 

Un avion de chasse israélien a été abattu par la DCA (défense antiaérienne) syrienne samedi après avoir effectué des raids contre la base militaire syrienne T4, près de Palmyre. Les deux pilotes, qui ont eu le temps de s’éjecter de l’appareil avant qu’il ne s’écrase dans la vallée de Jezreel (nord d’Israël), ont été hospitalisés.

Le F-16 en question était entré en territoire syrien afin d’effectuer des tirs de représailles contre des cibles iraniennes en Syrie après qu’un drone iranien eut été abattu dans l’espace israélien. Les images de la carcasse de l’avion ont fait la une samedi des médias internationaux, le Haaretz commentant dimanche : « Peu importe la gravité des dégâts infligés par l’armée de l’air israélienne aux installations iraniennes et aux défenses aériennes syriennes, l’image brûlante du jour est celle des restes du chasseur F-16 qui s’est écrasé en Basse-Galilée ». Contestant l’idée de « revers stratégique », le chef de l’armée de l’air israélienne, le général Amnon Ein Dar, a déclaré à la radio de l’armée que les bombardements de représailles avaient constitué « l’attaque de plus grande envergure contre les systèmes de défense syriens depuis (l’opération) Paix en Galilée », en 1982. L’aviation israélienne n’avait plus perdu un appareil depuis ce conflit ayant pour enjeu le contrôle des hauteurs du plateau du Golan.

Il est vrai que l’événement, une première depuis plus de trente ans dans l’histoire de l’aviation militaire de l’État hébreu, a été perçu comme une grande victoire contre « l’ennemi sioniste » par une grande partie de la presse et de l’opinion arabes.

(Lire aussi : Israël ne permettra pas un « ancrage » militaire de l’Iran en Syrie, prévient Netanyahu)

Surprise

Depuis la guerre du Liban de 1982, c’est la première fois que l’armée syrienne parvient à abattre un avion israélien. La symbolique de l’événement a ainsi, aux yeux des Arabes, pris totalement l’ascendant sur les destructions sévères infligées par les différents raids israéliens en Syrie durant le week-end. Des caricatures de l’opération ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux. Un dessinateur syrien a ainsi représenté l’avion et son pilote en feu et piquant du nez, avec une bulle exprimant un « faja’nakom, mou ? » (On vous a surpris, n’est-ce pas ? ). Le quotidien libanais al-Akhbar (proche du Hezbollah) a effectué une revue de presse, se félicitant des commentaires favorables à la victoire syrienne et dénonçant la frilosité de certaines chaînes du Golfe à accueillir l’événement en tant que tel. Dans un article de samedi intitulé « Lorsque le vieux S-200 abat le jeune F-16 de 4e génération », al-Manar (organe télévisé du Hezbollah) a pointé du doigt le sérieux revers israélien : « Constat qui fera certainement réfléchir longuement les responsables israéliens : l’arme qui a abattu le F-16 israélien n’est autre que le vieux S-200, plus couramment connu sous l’appellation de missile Sa-5. Étant de fabrication soviétique, il a été conçu depuis les années 60 du siècle dernier, précise le média russe RT. Ce qui ne l’a pas empêché d’avoir raison du chasseur F-16 israélien, lequel appartient à la quatrième génération », écrit le média.

À Damas, le Syria Times a annoncé la couleur en titrant ainsi l’un de ses articles : « Israël tente de sauver la face après la forte gifle de l’armée syrienne. » Le journal progouvernemental al-Watan écrivait dimanche que la destruction du F-16 avait « détruit le mythe de la supériorité aérienne israélienne dans la région ».

La dimension asymétrique du conflit fait de chaque revers israélien une « victoire éclatante » pour l’axe de la résistance. Cette rhétorique tend à alimenter la propagande arabe de l’ennemi commun à abattre et permet ainsi de rallier le soutien d’une partie importante des populations arabes.

L’État hébreu a immédiatement répondu à la destruction de son F-16 en bombardant samedi 12 positions de l’armée syrienne et de ses alliés pro-iraniens, dont des systèmes de défense antiaérienne. Alors que les circonstances de la destruction de l’avion n’ont pas encore été clairement déterminées, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu dimanche qu’Israël allait continuer à mener des raids aériens en Syrie malgré la perte du F-16.

 

Caroline HAYEK | OLJ

 

 

Source : L’Orient Le Jour (Liban)

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Related Articles

Close