Nicolas Hulot dément des rumeurs de harcèlement sexuel

Le ministre français, l’un des plus populaires du gouvernement Macron, a reçu « un message de soutien » du Premier ministre Edouard Philippe pour qui il n’y a « aucune raison de douter de sa parole ».

 

Le ministre français de la Transition écologique Nicolas Hulot, l’un des plus populaires du gouvernement d’Emmanuel Macron, a démenti jeudi sur la chaîne française BFMTV des rumeurs « ignominieuses » de harcèlement sexuel le visant. Il a reçu dans la foulée « un message de soutien » du Premier ministre Edouard Philippe pour qui il n’y a « aucune raison de douter de sa parole ».

Au courant de rumeurs qui circulaient depuis plusieurs jours dans les rédactions sur un possible article en préparation, Nicolas Hulot a « pris les devants » pour contrer « un poison lent qui tue », en démentant sur BFMTV tout comportement inapproprié concernant « deux affaires qui n’en sont pas ».

A-t-il été accusé de harcèlement sexuel par une ancienne collaboratrice de sa Fondation? « La réponse est non et je le dis avec d’autant de force que la personne en question, qui est parfaitement identifiée, avec laquelle je suis en contact, vous dira exactement la même chose », a-t-il déclaré, démentant avoir acheté son silence.

Il a en revanche reconnu l’existence d’une plainte en 2008, classée « sans suite », de la petite-fille d’un homme politique célèbre, une jeune femme « majeure », concernant « des allégations remontant à 1997 ».

« Cette plainte a été classée sans suite car non seulement l’affaire était prescrite, mais j’ai été auditionné par les gendarmes à ma demande, et les enquêteurs ont très rapidement considéré qu’il n’y avait rien qui permettrait de poursuivre cette affaire », a assuré M. Hulot. « Ça fait mal, quand c’est injuste, quand c’est infondé », a-t-il dit, évoquant « un cauchemar ».

(Pour mémoire : Hulot « a son tempérament » mais « apprend », dit Macron)

« Retourner dans l’ombre »

Alors que les médias le donnent régulièrement au bord de la démission face à des arbitrages gouvernementaux qui ne vont pas toujours dans son sens, Nicolas Hulot a assuré ne pas y avoir pensé non plus après ces rumeurs, sans toutefois l’exclure. « C’est ma famille qui prime, c’est ce qui guidera ma décision », a toutefois ajouté ce militant dans l’âme qui a récemment souligné que son poste de ministre serait son « ultime expérience publique ».

« J’aurai un plaisir monstrueux à retourner dans l’ombre », avait-il insisté fin janvier.

Ex-animateur vedette d’une émission française de télévision d’aventure à succès, Ushuaïa, Nicolas Hulot a travaillé pendant près de 30 ans pour la défense de l’environnement avec sa fondation.

Sollicité à plusieurs reprises par les présidents français de ces dernières années, sensibles à son inoxydable popularité, il a pour la première fois accepté d’entrer dans un gouvernement, celui d’Emmanuel Macron, en mai 2017, alimentant de nombreux espoirs.

Selon un sondage Odoxa diffusé fin janvier, M. Hulot restait en tête des personnalités « suscitant le plus de soutien ou de sympathie », avec 34% d’opinions positives.

Les déclarations de Nicolas Hulot interviennent alors que le gouvernement est embarrassé par une plainte pour viol visant le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, auquel le président et le Premier ministre ont témoigné leur « confiance ». Le parquet de Paris a récemment rouvert une enquête sur une accusation de viol visant M. Darmanin pour des faits présumés datant de 2009 que l’intéressé conteste catégoriquement.

 

OLJ/AFP

 

Lire aussi
L’affaire Tariq Ramadan sème le trouble dans les rangs musulmans

Tribune sur le harcèlement: Deneuve assume mais présente ses « excuses » aux victimes

 

 

Source : L’Orient Le Jour (Liban)

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

 

Related Articles

Close
Close